Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Articles avec #performance catégorie

SERGE

Publié le 2 Décembre 2016 par Anaïs BERNARD dans performance

SERGE
CIE COPIER-COLLER | SERGE
 
JEUDI 08 DÉCEMBRE
DE 19H30 À 20H30
PERFORMANCE
 
Serge est une performance conçue autour des écrits et des entretiens vidéo de Serge Daney, grand spécialiste du cinéma et des médias. Il s’agit de questionner l’histoire très récente de notre société contemporaine à travers les images médiatiques qu’elle produit et des liens intimes que la transmission de l’histoire entretient avec les discours qui s’y rapportent. Par une approche documentaire, se réapproprier la figure parlante du personnage qu’invente Serge Daney pour se raconter (le ciné-fils) et émettant l’hypothèse que « faire l’expérience de quelque chose » saurait être un moyen plus propice à la transmission des histoires. 
 
Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieur des Beaux Arts de Paris en 2012 puis du master de recherches ex.e.r.ce du Centre Chorégraphique National de Montpelier en 2015, le travail d’Arthur Eskenazi n’a de cesse de naviguer entre les disciplines. En 2012 il monte, en duo avec Jennifer Lauro-Mariani, le projet de danse « IPSE » à l’occasion du concours Danse Elargie du Théâtre de la Ville et du Musée de la Danse (Mention Spéciale du Jury). Fort de cette expérience, « IPSE » se développera par la suite en deux autres versions : en 2013 pour le Festival Petites Formes (D)Cousues au Point Ephémère à Paris, et en 2014 pour le Festival Les Hivernales à Avignon. Parallèlement, il co-écrit cette année là avec sa soeur Elsa Eskenazi la pièce de théâtre « A la sarbacane » qu’ils mettent en scène, et assiste la metteur en scène Jessica Dalle en tant que dramaturge et scénographe pour la pièce « Walpurg-Tragédie » (Théâtre de la Cité Internationale, décembre 2016). 
 
En 2015, il fonde lors d’une résidence au Pact Zollverein un groupe de recherche pluridisciplinaire franco-allemand dont l’enjeu est de faire travailler ensemble des artistes aux médiums et interrogations différents. Il est régulièrement interprète pour des performances et pièces chorégraphiques. Son travail plastique fut présenté dans plusieurs expositions collectives en France, en Allemagne et au Japon et sera résident de Triangle France à la Friche de la Belle de Mai à partir de Janvier 2017.
 
Point éphémère
200 Quai de Valmy 75010 Paris
Admin: 01 40 34 02 48
Bar: 01 40 34 04 06

 

commentaires

LA PREMIÈRE VAGUE

Publié le 21 Octobre 2016 par Anaïs BERNARD dans performance, spectacle

LA PREMIÈRE VAGUE
CIE R14 | LA PREMIÈRE VAGUE
VENDREDI 28 OCTOBRE
DE 19H30 À 20H30
 
La première vague et Tsunami : deux pièces distinctes mais un seul et même projet, le solo La première vague étant construit comme prélude au quintette Tsunami. 
 
Ces deux pièces sont écrites à partir d’un même souvenir, celui du 26 Décembre 2004, date du tsunami en Asie du sud-est. Que faire face au chaos intérieur vécu après un tel événement ? Comment l’exprimer ? Du solo au quintette, de l’infiniment petit à l’infiniment grand ? L'intention n'est pas la narration d'une mais l'expression d'un parallèle entre catastrophes naturelles et catastrophes émotionnelles, psychologiques et physiques. La création de ces deux pièces est basée sur un travail de recherche autour de la source lumineuse qui générera chez le danseur une multitude de mouvements, élargissant ses possibilités en matière d’exploration et d’improvisation.
 
La compagnie R14-Julien Grosvalet voit le jour en 2015.  En 2012, Claude Brumachon, pour qui Julien Grosvalet est interprète depuis de nombreuses années, lui propose de réaliser une carte blanche. Il saisit l’occasion et crée en janvier 2014 le trio Forbidden lights avec la complicité de Lise Blanc-Fassier et Grégory Alliot. Julien développe alors un travail autour de l’ombre et de la lumière comme sources d’inspiration, travail qu’il poursuit en 2016 dans le solo La première vague. Il souhaite reprendre ses recherches avec Tsunami en utilisant la lumière comme partenaire ou obstacle.
 

POINT ÉPHÉMÈRE

200 Quai de Valmy • 75010 Paris
Tél 01 40 34 02 48 • Fax 01 40 34 02 58
Tél restaurant & bar : 01 40 34 04 06

 

commentaires

Performance immersice: DualCorps

Publié le 15 Septembre 2016 par Anaïs BERNARD dans performance, actualite, artiste

Performance immersice: DualCorps

Le projet arts-sciences DualCorps, fruit de la collaboration entre Claire Sistach et Soizic Sanson (association Eunice VSG), est une immersion intensive dans un monde simulé, OpenSim.

DualCorps a été choisi pour s’inscrire dans les projets du Labex Arts-H2H. Plusieurs institutions sont partenaires et collaboratrices : le Collège de France (chaire de neurophysiologie), l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (axe Spatial Media), l’université Paris 8 (CITU/Paragraphe). 

Porteur du projet : Pierre Châtel-Innocenti

Direction scientifique : Alain Berthoz, François Garnier, Khraldoun Zreik

Auteures et direction artistique : Claire Sistach et Soizic Sanson

Equipe de réalisation : Claire Sistach, Soizic Sanson, Melanie Thielker, Dionysis Zamplaras, Ponnara Ly

 

En résumé :
Durant deux semaines, les deux auteures vont s’immerger de manière intensive (quotidiennement et sans autre activité) dans OpenSim, afin de vivre uniquement à travers leurs avatars, tous les autres canaux de communication étant coupés (téléphone, mail, etc) et leur seul espace de vie réduit au minimum (un appartement clos chacune).

La particularité : elles auront le même avatar dédoublé, soit deux avatars totalement jumeaux, reliés par la même base de données : toutes les actions de l’une se répercuteront sur l’autre et toutes leurs données sont partagées (échanges avec les autres, objets, etc). Ce qui signifie, entre autres, que chaque personne/avatar qui s’adressera des messages à nos avatars similaires ne saura pas à qui elle s’adresse précisément entre Claire et Soizic, puisque les deux recevront le message et pourront y répondre (à moins qu’elles choisissent de le dire). Cela signifie aussi que tout objets qu’un avatar pourrait donner à Claire ou à Soizic sera automatiquement donné aux deux.

Un protocole a été mis au point avec Alain Berthoz, professeur honoraire à la chaire de neurophysiologie du Collège de France, afin que des données scientifiques puissent être extraites de l’immersion. C’est à l’aide de plusieurs capteurs de données physiologiques portés par Claire Sistach et Soizic Sanson, qu’il sera possible de récupérer des données brutes de l’immersion.

Une page web permettra de suivre en temps réel de nombreuses activités émanant des avatars, mais aussi des auteures, dont la data-visualisation 3D a été conçue par Claire et Soizic et réalisée par Dionysis Zamplaras, de l’Ecole Nationale Supérieures des Arts Décoratifs. A découvrir ici : http://eunicevsg.org/retransmission

Pour en savoir plus sur DualCorps, lire cet article du site.

 

Quand ?
Du samedi 17 au vendredi 30 septembre 2016, soit deux semaines d’immersion.

 

Où ?
Tout dépend si vous souhaitez suivre le projet en « acteur » ou en « spectateur », et sur le net ou en physique.

Deux options vous sont proposées au lien ci-dessous!

 

commentaires

La Princesse et son MAC

Publié le 7 Juin 2016 par Anaïs BERNARD dans performance

La Princesse et son MAC

Dans le cadre de son doctorat en Arts et sciences de l’art de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, mention Arts plastiques, Carole Brandon, professeure agrégée en arts plastiques et chercheure au Laboratoire Langages, Littératures, Sociétés, Études Transfrontalières et Internationales  (LLSETI) de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB), présente son oeuvre hypermédia « La Princesse et son MAC » à l’Espace Larith à Chambéry. Présentée au public dans le cadre de l’exposition « À l’échelle des mots », cette oeuvre pourra être découverte du 25 mai au 25 juin 2016.

 

Le public pourra rencontrer l’artiste lors du vernissage de l’exposition le 25 mai à 18h, ainsi qu’à la rencontre-débat « Numérique, édition et création artistique : nouvelles formes, nouveaux espaces ? », le 26 mai, organisée dans le cadre du Festival du 1er Roman.

« La Princesse et son MAC » sera également filmée et diffusée en direct du 7 juin au 9 juillet 2016, à Stéreolux (Nantes), dans le cadre de l’exposition Liber Numericus. L’oeuvre sera également mise en place lors de l’exposition « ArTICland : Connecté au monde », organisée par le collectif G-SICA, un groupe inter-laboratoires sur l’Image, la Communication et les Arts numériques, composé de chercheurs de l’USMB et d’artistes, dont Carole Brandon fait partie.

 

UNE OEUVRE ÉVOLUTIVE EN TEMPS RÉEL

Durant sa thèse, dirigée par Françoise Parfait, Carole Brandon a développé « la Princesse et son MAC » comme un conte écrit avec et sur les réseaux sociaux Facebook et Pinterest, de janvier 2013 à janvier 2016. En hommage aux 343 femmes signant, en avril 1971, un manifeste publié dans le Nouvel Observateur en faveur de la légalisation de l’avortement, le mur Facebook dessine la trame narrative du conte, à partir d’actualités traitant du corps, des machines et de nos identités. 

 

Espace Larith Chambéry
39 > 41 rue Larith 73000 / 2016 25 mai > 25 juin
avec Simon Morley · Fabien Zocco
A L’ECHELLE DES MOTS
installations, vidéos

 

Il était une fois une Princesse handicapée rêvant d’un exosquelette. Son ordinateur, seul objet de sociabilité, deviendra son mac. Hackée, son Mac charmant la sauvera.

commentaires

SYLVAIN DANIEL / PALIMPSESTE : VOYAGE IMAGINAIRE DANS LES RUINES DE DÉTROIT

Publié le 17 Mars 2016 par Anaïs BERNARD dans performance

SYLVAIN DANIEL / PALIMPSESTE : VOYAGE IMAGINAIRE DANS LES RUINES DE DÉTROIT

SYLVAIN DANIEL / PALIMPSESTE : VOYAGE IMAGINAIRE DANS LES RUINES DE DÉTROIT

Sortie de résidence / Performance audiovisuelle
Le jeudi 24 mars 16
Réservation en ligne - 20h30
Tarif : Gratuit

 

Sylvain Daniel Palimpseste : voyage imaginaire dans les ruines de Détroit

Pour sa sortie de résidence au Cube, Sylvain Daniel présente une étape de travail de sa nouvelle création alliant photographie, traitement numérique et musique live. Palimpseste est un road trip dans un Détroit fantasmé dont l’art transpire encore des multiples couches des murs abandonnés, comme un parchemin qu’il faudrait gratter pour qu’il nous livre son histoire.

Sylvain Daniel n’est jamais allé à Détroit. Mais depuis toujours, il est bercé par la musique de Motorcity, de la soul de la Motown au hiphop de Jaydee, en passant par l’électro minimaliste de Juan Atkins. C’est en découvrant le livre Ruins of Detroit, des photographes Romain Meffre et Yves Marchand, qu’il fait le lien entre les origines de tous ces artistes, et réalise l’influence qu’a eu cette ville sur sa culture musicale, sans la connaître. Les magnifiques photographies réalisées à la chambre nous plonge dans une sorte de rêverie que le musicien a mis en scène avec la complicité d’Yves Le Guen et Laurent Simonini. L’utilisation d’une structure de projection multi-surface, de prises de vue et traitement en temps réel, semble donner vie au livre et nous aspire dans les entrailles de la ville.

Un quatuor de musiciens enveloppé dans les images évolue dans une ville surréaliste dont l’esprit nous envahit. On s’y perd volontiers, des lieux nous racontent leur histoire, tandis que d’autres nous livrent leur énergie ou nous laissent avec les fantasmes suggérés par la musique écrite par Sylvain Daniel. 

 

Crédits :
Basse, composition : Sylvain Daniel
Scénographie, Design Visuel : Laurent Simonini
Directeur technique, programmeur Isadora : Yves Le Guen
Saxophone : Laurent Bardainne
Fender Rhodes : Manuel Peskine
Batterie : Mathieu Penot
Producteurs : Dunose Production
Partenaires : Paul B, AJON

commentaires

IT’S TIME LE "CORPS PUNK"

Publié le 2 Février 2016 par Anaïs BERNARD dans conférence, performance

IT’S TIME LE "CORPS PUNK"

IT’S TIME LE "CORPS PUNK"
Philippe Liotard + aTxE & La Pelos •
Le jeudi 4 février, à 21:00

 

Tatouages, piercings, implants… On les appelle en anglais « bodmods », comme « body modifications », ou modifications corporelles.
Le marquage des chairs à des fins esthétiques, identitaires ou politiques (tatouages, piercings, scarifications, implants, amputations, etc.), la chirurgie, le transsexualisme, les biotechnologiques, l’entraînement sportif et le dopage, constituent autant de pratiques visant à modifier un corps qu’il s’agit d’amplifier, d’embellir, de réparer ou d’altérer.
Ces effractions parfois radicales, ces blessures volontaires, ces inscriptions éphémères ou définitives, visibles ou secrètes, posent la question de l’acceptable et du respect de la norme corporelle.
Elles ouvrent la perspective concrète d’esquiver ou d’infléchir le destin biologique et social.

 

A travers une étude du corps punk, Philippe Liotard propose une réflexion collective sur ces modifications corporelles. Philippe Liotard est sociologue, un des fondateurs de la revue Quasimodo. Il enseigne à l’université Claude Bernard de Lyon. Il a publié de nombreux articles sur le corps, le sport, les rapports hommes/femmes, l’éducation et la sexualité. Ses interventions portent principalement sur les discriminations, les violences et les différents types de modifications volontaires faites au corps.

 

Cette intervention sera complétée par une performance « Analog Virus » de deux artistes berlinoises : aTxE & La Pelos.
La performance utilise les machines à tatouer comme des prothèses productrices de son. Deux machines sont reliées entre elles, l’une tatoue la peau d’une performeuse et l’autre la surface d’un disque vinyle. Tout cela produit des sons et des marques, entre douleur et plaisir.

aTxE & La Pelossont deux artistes multi disciplinaire, elles ont étudié à Barcelone dans le programme d’études indépendant (Macba). Leur milieu de recherches et d’auto-expérimentation DIY croise de nombreux médiums (film, vidéo, performance dans l’espace public, son, etc…)

 

Tarif
Sur place : 10€
Chômeurs, étudiants : 7€
Adhérents : 5€
Location Emmetrop, La Lune noire, Fnac et Placeminute.com : 7€ hors frais

 

Lieu

Le Nadir
26 route de la chapelle, 18000 Bourges

 

commentaires

PERFORMANCES WEBJAYS

Publié le 31 Janvier 2016 par Anaïs BERNARD dans performance

PERFORMANCES WEBJAYS

VENDREDI 5 FÉVRIER 2016 DE 20 H À 22 H
Dans le cadre de l'exposition: « Comment bâtir un univers qui ne s’effondre deux jours plus tard 1/3 : Simulacres »


Des artistes du cycle d’expositions « Comment bâtir un univers qui ne s’effondre pas deux jours plus tard» et les participants à l’atelier WJ-S proposent une série de performances de WebJaying, des lives conçus à partir de contenus en ligne manipulés directement à partir du disque dur géant qu’est Internet. Le dispositif WEBJAYS inventé par Anne Roquigny, curatrice nouveaux médias, transforme le “surf”, une activité individuelle, en une expérience partagée et collective, où le spectateur est convié.

 

INFORMATIONS
- À la Maison populaire 
- Réservations conseillées par téléphone au 01 42 87 08 68
- Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles

commentaires

EXPERIENCE OF IMMOBILITY - une exposition performative entre danse, performance et installation

Publié le 31 Décembre 2015 par Anaïs BERNARD dans evenement, performance, artiste

EXPERIENCE OF IMMOBILITY - une exposition performative entre danse, performance et installation

Du 16 décembre 2015 au 9 janvier 2016, le performeur Yann Marussich fête 20 ans d'immobilité poétique, politique et esthétique avec Experience of Immobility, 20 years of Performance Acts


Une exposition-performative au cours de laquelle l'artiste genevois, lauréat du Prix Ars Electronica, catégorie Hybrid Art, invoque de nouvelles perceptions des pièces marquantes de son répertoire. Comment? En les activant une à une, pendant près d'un mois, proposant une rencontre entre différentes disciplines de l'art contemporain. Il s'agit d'un dialogue étroit entre la danse, la performance et l'installation autour du micro mouvement, du corps et de l'engagement politique de l'artiste. 


Avec cette expérience, un mouvement perpétuel, Yann Marussich active ses performances au Commun (BAC) à Genève en ouvrant un champ de travail en processus constant de transformation. Un acte qui convoque également de nouvelles temporalités puisque le public aura le loisir de découvrir les dispositifs des performances avant, pendant et après l’acte performatif. 


Un nouveau type d'exploration pour Yann Marussich qui a bifurqué au début des années 2000 de la danse contemporaine à l'art de la performance, explorant le micro mouvement et le corps dans son aspect le plus brut. Conçue comme une véritable plongée au cœur de cet art singulier, n'hésitant pas à montrer ses multiples facettes, à dévoiler l'envers de son décor, à remixer, dialoguer, hybrider au lieu de séparer, Experience of Immobility explore également les points de contact entre la pratique de Yann Marussich, celle d’autres performeurs et différentes disciplines artistiques ou critiques grâce à des installations, des expositions, des rencontres et des projections. 

 

Un événement qui permettra au public d'avoir un bel aperçu du répertoire protéiforme de l'artiste grâce à de nombreux rendez-vous : nouvelle création « La Chaise », exposition collective (photographies, installations), conférences de Bernard Andrieu, Franko B. , Giorgio Cipoletta, Jens Hauser et George Vigarello, performances d’artistes invités (notamment La Ribot, Sara Panamby et Filipe Espindola) et un 31 décembre hors-norme au Galpon.

commentaires

AU BALCON DU MONDE

Publié le 28 Novembre 2015 par Anaïs BERNARD dans performance, spectacle

AU BALCON DU MONDE
Le samedi 05 décembre 15
16h30
Tarif : Gratuit sur réservation au 01 58 88 3000
Public : Tout public
 
Au croisement de la danse et des arts numériques, cette création est une invitation au voyage imaginaire. L’Antarctique est l’espace, le territoire, le thème de ce spectacle tout public. Deux exploratrices découvrent les terres glacées de l’Antarctique. Elles doivent mutualiser leurs savoirs pour survivre et évoluer dans ce milieu hostile. Au cours de leur voyage initiatique, elles font l’étrange rencontre d’une colonie de manchots en forme de culbuto avec qui elles vont vivre une succession de relations aussi hétéroclites que subtiles.
 

Il y sera question de partage du territoire, de rencontre avec l’étranger, de l’invention d’une attitude commune pour vivre en accord avec une faune et une flore fragile. Des gestes, des sons, des personnages/objets pour dépeindre une succession d’émotions et de relations sur un continent où les conditions de survie sont extrêmes. Ce continent blanc passionnant est un écran lointain sur lequel se projettent nos idéaux et demeure un refuge de notre imaginaire. Au balcon du monde privilégie une approche poétique et ludique de la danse contemporaine et des arts numériques où chacun, quel que soit son âge, peut recevoir sans l’aide de mots, de la matière artistique à rêver, à penser, à réagir.

 

Compagnie des Ballets Contemporains
Les Ballets Contemporains ont été fondés en 1989 à Saint-Etienne par la chorégraphe Mireille Barlet. C’est l’une des rares compagnies françaises de danse contemporaine axée sur le jeune public dès 2 ans, mais aussi un public plus large. Les pièces sont construites sur deux niveaux de lecture : l’un pour les enfants, l’autre pour les adultes. Cela permet au plus grand nombre, quels que soient les âges, les horizons, l’accès à l’art vivant
et le bagage culturel, de découvrir la danse contemporaine

 

commentaires

Quelle osmose dans l'art de l'immersion?

Publié le 21 Novembre 2015 par Anaïs BERNARD dans conférence, performance

Quelle osmose dans l'art de l'immersion?

Ce séminaire organisé par le laboratoire du CREM à Metz et accuilli par le centre d'art contemporain - la synagogue de Delme, se déroule le samedi 5 décembre, à la Gue(ho)st House, à Delme.

 

A l'heure où l'art propose une nouvelle réflexion sur la représentation du corps dans et à travers différents types de dispositifs, les Arts Immersifs accomplissent un engagement supplémentaire, sollicitant le profondeur du corps de l'activant. Invité à vivre pleinement l'expérience spatio-temporelle qui s'offre à lui, ce dernier redéfinit sa place au sein même du dispositif artistique. Ainsi, l'immersivité implique un passage de l'immersion jusqu'à l'incorporation du corps qui se voit modifié de l'intérieur, par une activation de son vivant, par retour de feedback.

 

PROGRAMME:
10h00
Accueil et présentation: Pierre Morelli & Anaïs Bernard
10h30 - Présentation
Bernard Andrieu: Expérience de l’osmose, entre vivacité et vitalité (Aurélie Michel, discutante)
11h15 - Performance VJing
Subvolt Project : Benjamin Brangé (Anaïs Benard, médiatrice)
12h15
Pause déjeuner
13h45 - Présentation
Suzanne Muller & Aurélie Michel: Osmose (im)possible, le public face à l’étrange intimité des arts immersifs (Pierre Morelli, discutant)
14h30 - Performance dansée
Incorporation: Sarah Grandjean & Mélissa Poirel (Anaïs Bernard, médiatrice)
15h30 - Présentation

Anaïs Bernard: Les Arts Immersifs, nouvelles hétérotopies ? (Bernard Andrieu, discutant)
16h15 - Performance mapping corporel
Illusion: Rémi Bertrand, avec Lola Moreau (Anaïs Bernard, médiatrice)
17h00
clôture

Le programme en version flyer

Le programme en version flyer

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>