Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Articles avec #ouvrage catégorie

Robots et numérique : de nouveaux outils pour le psychologue

Publié le 2 Septembre 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage, Ouvrage

Robots et numérique : de nouveaux outils pour le psychologue

Nous vivons une révolution humaine sans précédent. La technologie est si avancée que nous nourrissons les peurs les plus folles, reflet de notre ambivalence envers les machines, qui sont très souvent la construction inconsciente de nouvelles chimères : la peur du grand remplacement par les robots, la grande marche de l’intelligence artificielle qui concurrence tant notre intelligence ou encore l’immersion presque totale qui nous fixerait à jamais dans l’imagerie numérique. Et quid du psychologue ? Sera-t-il, lui aussi, remplacé par les robopsychologues d’Asimov ?

Cette ambivalence envers les machines, produit d’un changement de société très rapide, doit pouvoir être accueillie, y compris lorsqu’elle concerne le psychologue ! Contre l’angoisse de la mort, il y a toujours l’écoute ! D’autant qu’à côté de toutes ces fantasmagories postmodernes, une génération de psychologues porte l’oreille, parce qu’elle pense et utilise de plus en plus ces technologies dans la construction de dispositifs novateurs, en consultation clinique ou en psychothérapie.

En coordonnant ce dossier, je souhaite donner la parole à ces professionnels de la psychologie et de la psychanalyse, et poursuivre avec eux une direction de pensée que nous avons déjà amorcée (Tordo, 2016 ; Tisseron, Tordo, 2017). Il s’agit ici de prolonger cet effort, celui d’habiliter une pratique clinique en plein essor, qui doit, bien entendu, beaucoup aux réflexions princeps de Serge Tisseron, membre de l’académie des technologies, et dont les contributions à la pensée psychologique et psychanalytique sur les images et les objets d’une part, sur les images numériques et les objets robotiques d’autre part, sont incontournables.

J’ouvre le dossier sur mes propres réflexions autour de la question du « sujet » dans les univers numériques. La robothérapie est ensuite envisagée par Serge Tisseron, puis par Frédéric Tordo et Ritta Baddoura, sous l’angle notamment de ses fonctions thérapeutiques. La pratique de l’entretien clinique à distance est ensuite envisagée par Lise Haddouk. Enfin, Benoît Virole et Olivier Duris ferment le dossier par la présentation des médiations numériques (jeux vidéo).

À la lecture de ce dossier, espérons que le lecteur-psychologue embrassera avec moins de craintes ce nouveau monde, autant qu’il se laissera, peut-être, embrassé par son robot !

 

Le Journal des psychologues, 2017/8 (n° 350), Robots et numérique : de nouveaux outils pour le psychologue

Pages : 84
Éditeur : Martin Média
ISSN : 0752-501X
Site internet

commentaires

Le Corps, ses dimensions cachées — Pratiques scéniques

Publié le 25 Juillet 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage

Le Corps, ses dimensions cachées — Pratiques scéniques

La modernité a inventé de nouvelles subjectivités grâce notamment à un changement profond de sa conception de la corporéité. Le corps, lieu de projection de l’identité personnelle, a été la fabrique de l’identité moderne. Entre l’écriture dramatique et l’écriture scénique, la force d’apparition prise par le corps de l’acteur au début du XXsiècle a été un événement essentiel. Aujourd’hui, les enjeux liés à cette prédominance de la pensée du corps en scène et de son émancipation dans la représentation, sont vastes et complexes. On ne peut se passer du corps de l’acteur, la magie éphémère du théâtre est faite de sa présence. Pourtant, de quel corps s’agit-il ? Du corps-instrument de l’acteur, dont le training vise à accroître la disponibilité, ou du corps du personnage, ce fantôme dont Jouvet a si bien décrit l’errance et le besoin d’incarnation ? Sans doute des deux. Le corps, tel qu’il est questionné dans cet ouvrage, tient à la fois du corps visible et de l’invisible qui, comme son ombre, l’accompagne. Celui qui transgresse les limites, brouille les frontières, se plaît aux travestissements, joue sur plusieurs niveaux. Le corps libertaire, festif, ludique, plastique. Dans une perspective pluridisciplinaire, à la croisée des arts du théâtre, de la danse, du mime, du cirque, de la marionnette, nous souhaitons interroger le corps prismatique de l’acteur-danseur en scène, entre organicité et artifice, plasticité et insoumission, liberté et contrainte, fêlure et énigme.

Guy Freixe, 2017 (sep.), Le corps, ses dimensions cachées, Institut supérieur des Beaux-Arts de Besançon: À la croisée des arts, 240 pages, 25.00 euros.

commentaires

Bog Data

Publié le 24 Juillet 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage

Bog Data

Dans un essai singulier et engagé, en jouant avec les mots et le jargon, Madeleine Aktypi s'interroge sur les nouvelles modalités du travail, et notamment sur celui - inodore et invisible - que nous effectuons équipé.e.s des « technologies intellectuelles » à l'oeuvre dans ladite nouvelle économie. Mehdi Vilquin accompagne et interroge l'univers visuel lié à ce texte grâce à ses créations graphiques ad hoc.
bog data propose un parcours en zig-zag reliant la Silicon Valley et le XVIIIe siècle britannique où le digital labor se confronte à l'écosophie, et les données aux minéraux. Entre le folklore digital des mèmes et les différends politiques créant de nouvelles conditions de production de valeur, il existe une flore et une faune numériques et anthropocènes qui peuplent cette nouvelle situation. En s'activant sur les réseaux sociaux, en rôdant sur les nombreuses applications numériques - apparemment gratuites - nous contribuons à la constitution d'une colossale masse de données informe, qui reste difficilement apprivoisable pour les citoyen.ne.s.
Dans la pratique, qui peut se saisir de ces données paradoxalement accessibles et hermétiques ? Comment ces données, symptômes de cette activité a priori opaque, modifient notre environnement ? Comment le travail évolue- t-il dedans ? Nos forces de production et leurs modalités d'organisation sont-elles solubles dans le Web ?


Bog data est un pince-nez spécial qui exerce les narines à la détection de ce gaz inodore. C'est une recherche qui défie les interfaces lisses et ordonnées de nos technologies intellectuelles en faveur des marais, des tourbières et des marécages, autant d'écosystèmes embourbés où le minéral coexiste avec le végétal (...). » « Lire le passé pour en extraire une prédiction sur l'avenir (big data) ; produire de la valeur sans travailler et sans être rémunéré (réseaux sociaux) ; déléguer une activité à des programmes opérant en réseau (applications). Cette trinité d'activités récentes sert de base à une nouvelle forme d'économie mais aussi à une nouvelle forme de vie sociale, ainsi qu'à une autre compréhension de ce que travailler peut (cesser d')être. » « Le travail est en train de se diluer dans un ensemble d'activités qui peinent à être considérées comme tel. Des gestes apparemment inoffensifs et presque insignifiants de prime abord, comme être accompagné-e par son smartphone en continu ; des gestes de routine et quasi automatiques comme remplir un recaptcha* ; des gestes émotifs comme cliquer sur J'aime, peuvent être difficilement définis comme du travail, par exemple. Ce sont pourtant ces activités qui, effectuées par un très grand nombre d'utilisateurs quotidiennement, créent comme on l'a vu des données qui, devenant métadonnées, produisent de la richesse. En complément à ce que Moulier-Boutang décrivait concernant une deuxième sorte d'automatisation où les machines semblent s'éveiller vers de nouvelles aventures intellectuelles, on souligne l'existence de tout un ensemble répétitif de gestes proposés, ou imposés, à des humains, et qui les plonge dans un automatisme machinique. »

 

Auteur : Madeleine Aktypi et Mehdi Vilquin sous la direction de la Cité du design
Langue : français
Format : 215 mm × 260 mm, 160 p.
Illustrations : env. 50
Façonnage : Double couverture, papiers texturés.
EAN : 9782912808691
Prix : 15 €

commentaires

L'Homme artificiel : Golems, robots, clones, cyborgs

Publié le 23 Juillet 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage

L'Homme artificiel : Golems, robots, clones, cyborgs

Ordinateurs «intelligents», réalité virtuelle, animaux transgéniques, clones : notre quotidien ressemble de plus en plus à un univers de science-fiction. Demain, nous croiserons dans la rue les androïdes de Blade Runner et les créatures métalliques de La Guerre des étoiles. Une accumulation sans précédent d'innovations techniques efface la frontière entre naturel et artificiel, vivant et inanimé, humain et machine. Les robots pensants seront-ils la prochaine étape ? Allons-nous nous transformer en cyborgs, en hommes bioniques, hybrides de chair et de circuits intégrés ?De la légende de Galatée à celle du Golem, le rêve de recréer l'humain hante la culture occidentale. Aujourd'hui, le mythe ancestral de l'homme artificiel est devenu une entreprise active, au croisement de l'électronique, de l'informatique, de la physique, de la chimie et de la biologie. Ce cocktail détonant multiplie les moyens d'intervention sur le corps humain et son environnement. Et nous expose au danger d'une société entièrement réglée sur le modèle de la machine. Construire un nouveau Meilleur des mondes ou faire naître un progrès véritablement libérateur : tel est le choix crucial auquel nous confronte l'utopie moderne de l'homme artificiel.

Michel de Pracontal , 2002, L'Homme artificiel : Golems, robots, clones, cyborgs DenoëlImpacts , 217 pages, 17,26 euros.

commentaires

A. Einstein : La poésie du réel

Publié le 20 Juillet 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage

A. Einstein : La poésie du réel

Pour ses cinq ans, le père du jeune Albert Einstein lui offre une boussole qui déclenche chez lui un besoin irrépressible de comprendre les lois de l'Univers. Devenu simple employé de l'Office des Brevets de Berne, en Suisse, le jeune Einstein publie en 1905 une série d'articles scientifiques qui remettent en cause tout ce qu'on croyait savoir dans le monde de la physique. Sa théorie, résumée par la formule E = mc2 ouvre à l'humanité les portes de la puissance de l'atome... Génie parmi les génies, mais aussi grand humaniste, il traverse la première moitié du XXe siècle avec toutes ses horreurs et ses contradictions, au service de la science, mais bouleversé par ce que la folie des hommes est capable d'en faire.

 

Manuel Garcia Iglesias (Illustrations), Marwan Kahil (Scenario), 2017, A. Einstein : La poésie du réel, 21g: Destins d'histoire,128 pages, 19,00 euros.

commentaires

Vers une disparition programmatique d'Homo sapiens ?

Publié le 10 Juillet 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage, Ouvrage

Vers une disparition programmatique d'Homo sapiens ?

La ruse et l’invention permettent à l’être humain de s’arracher à ses déterminations physiologiques. L’évolution de l’espèce ne s’accomplit pas au même rythme que le renouvellement de sa culture. Là résident une source de frustrations terribles et le rêve, caressé depuis l’aube de l’humanité, qu’elle puisse rompre avec l’ordre naturel, une ambition portée par les héros des récits mythologiques tels Gilgamesh ou encore Prométhée. 
L’avènement des technosciences depuis la seconde moitié du XXe siècle laisse entrevoir la possibilité que l’homme puisse s’émanciper de son héritage évolutionnaire. Ces schémas d’anticipation ont été exacerbés par l’art, le cinéma et la littérature, dans des œuvres à partir desquelles se sont construites nos représentations du monde futur. Dans la culture transhumaniste, le développement du génie génétique et de l’intelligence artificielle annonce l’obsolescence du genre humain, devant lequel marcherait bientôt le dernier homme. 
Ce dépassement hypothétique, martelé outre-Atlantique, relayé avec ferveur par la Silicon Valley, est-il plausible, et surtout, est-il souhaitable ? De nouveaux régimes artistiques (art-science, art corporel, arts numériques) accompagnent les mutations anthropologiques en cours d’instauration. Quelle part de responsabilité ont-ils dans la consolidation de ces imaginaires ?

 

AUBERT Donatien, 2017, Vers une disparition programmatique d'Homo sapiens ?, Hermann, 300 pages, 24.00 euros.

commentaires

Revue Corps 15 - Ecologies corporelles

Publié le 4 Juillet 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage, Ouvrage

Revue Corps 15 - Ecologies corporelles

Ce numéro présente, dans la suite des travaux de Bernard Andrieu, comment l'immersion dans la nature procure de nouvelles formes de pratiques corporelles et de loisirs : c'est le dossier " Écologies corporelles " dirigé par Olivier Sirost et Fabio D'Andrea.
Ce numéro présente, dans la suite des travaux de Bernard Andrieu, comment l'immersion dans la nature procure de nouvelles formes de pratiques corporelles et de loisirs : c'est le dossier " Écologies corporelles " dirigé par Olivier Sirost et Fabio D'Andrea. 
Un autre dossier, dirigé par Walter Bruyère-Ostells, Michel Signoli et Benoît Pouget, croise les approches historiques et anthropologiques pour étudier les corps meurtris des combattants au xixe siècle : violence des combats, traces sur les corps, souffrances multiples et situations éprouvantes... un dossier qui renouvelle l'anthropologie historique de la guerre. 
Le cahier iconographique de Gilmar Leite Ferreira présente des photographies et une étude de l'esthétique de la nature dans le Sertão du Brésil. 
Enfin, dans la rubrique " Découvrir " un article d'Adrian Scribano et Maria Noel Miguez qui font une synthèse des études sociales sur les corps et les émotions en Amérique latine ; un deuxième de Katrin Wolf sur la notation de mouvement Benesch pour les arts du cirque ; et enfin un troisième sur le concept de corps-soi à partir d'une enquête sur des agents du service public, 
par Muriel Prévot-Carpentier. 

 

Gilles Boetsch (Auteur), Bernard Andrieu (Auteur), Dominique Cheve (Auteur), 2017, Revue Corps 15 - Ecologies corporelles, CNRS: REV&SER, 200 pages, 35.00 euros.

commentaires

Livres d’art numériques : de la conception à la réception

Publié le 3 Juillet 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage, Ouvrage

Livres d’art numériques : de la conception à la réception

Musées et éditeurs d’art font aujourd’hui le pari de l’édition numérique. Dix-huit ans après l’essor (et le déclin) des CD-Roms culturels, leurs équipes e-publishing imaginent, conçoivent et produisent des déclinaisons numériques des catalogues d’exposition papier, appelés « e-albums » ou « catalogues d’exposition enrichis ».
Cet ouvrage propose un état inédit du livre d’art numérique en France. Il s’intéresse à toutes les étapes de la production, de la conception à la réception, au carrefour des dimensions esthétiques, économiques et technologiques. Il fait appel à différents domaines de la recherche en sciences de l’information et de la communication : l’analyse des politiques éditoriales et de médiation ; l’étude sémio-rhétorique des formes et figures visibles, lisibles et manipulables du texte et de l’image sur la surface de l’écran ; l’étude des pratiques de réception par les publics et la formation des usages ; et, enfin, la conception expérimentale et prototypale, afin de mieux saisir les enjeux multiples ouverts par un champ éditorial encore en construction.

SAEMMER Alexandra, TRÉHONDART Nolwenn (Dir.), 2017, Livres d’art numériques : de la conception à la réception, Hermann, 242 pages, 24.00 euros.

commentaires

Deleuze et le temps

Publié le 24 Juin 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage, Ouvrage

Deleuze et le temps

Face à la dispersion de la pensée, à cause et grâce aux nouvelles technologies, la puissance du temps de la pensée de Gilles Deleuze manifeste son actualité. Les objets virtuels des nouvelles technologies, par exemple, mais aussi l'ensemble des nouvelles technologies du numérique, nous forcent à repenser les notions de mouvement, d'espace et de temps. Gilles Deleuze a donc conceptualisé une philosophie qui actualise la virtualité de la pensée.

 
Stavroula Bellos, 2017, Deleuze et le temps, L'Harmattan: Philosophies-Artistes, 86 pages, 12.00 euros.
commentaires

L'humain et ses prothèses. Savoirs et pratiques du corps transformé

Publié le 20 Juin 2017 par Anaïs BERNARD dans ouvrage, Ouvrage

L'humain et ses prothèses. Savoirs et pratiques du corps transformé

Réparé, régénéré, augmenté, notre corps intègre chaque jour des prothèses nouvelles, toujours plus performantes. La symbiose humain-technologie s'accélère dans une vie quotidienne où la technique s'immisce partout et à chaque instant. Cette technologisation généralisée s'accompagne d'une volonté affichée de transformer l'homme, une dynamique puissante, surtout connue à travers le mouvement transhumaniste. À travers la problématique du corps réparé et/ou augmenté par une prothèse, cet ouvrage interroge ce phénomène contemporain en examinant tant les présupposés idéologiques, les savoirs que les pratiques actuels. La psychanalyse, comme clinique et théorie du sujet inconscient ainsi que de ses incidences sur le collectif, sert ici de « boussole » pour appréhender la dialectique concrète entre le corps pulsionnel et ses modes de subjectivation d'une part, le corps organique « réparé/ augmenté » d'autre part. Dans une confrontation active et ouverte, les chercheurs de disciplines diverses prennent en compte chacune des dimensions impliquées dans ce phénomène clé de la condition contemporaine. L'apport des discours et des pratiques permettra au lecteur de former un jugement sur ce phénomène complexe qui noue innovation et aliénation, scientificité et illusion.

 
Cristina LINDENMEYER (dir.), 2017, L'humain et ses prothèses. Savoirs et pratiques du corps transformé, CNRS Editions: CNRS ALPHA, 284 pages, 25.00 euros.
commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>