Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Articles avec #exposit catégorie

A three way symbiosis

Publié le 27 Mars 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

A three way symbiosis

Du mardi 04 avril au au samedi 29 avril 17
Tarif : Entrée libre
Public : Tout public
lukas truniger - a three way symbiosis / Le Cube centre de cretaion numerique 

La pièce interroge la complexité de la vie et la beauté des interconnexions qui se déroulent dans la nature, ainsi que leur brutalité. Elle est inspirée par divers symbioses et parasitages, notamment le phénomène de la three way symbiosis (la symbiose tripartite), une alliance mutualisée d’un virus qui vit dans un champignon lui‐même hébergé par une plante. Une collaboration, qui rend les trois êtres vivants plus résistants face à des environnent hostiles.

Le projet est une installation générative cinétique, lumineuse et sonore, constituée par des plantes d’intérieur et une multitude de ventilateurs transformés. Par le biais de modifications apportées à ces objets (contrôle de la vitesse, altération des hélices, ajout de capteurs et l’apport d’une source lumineuse), les ventilateurs créent de fins effets moirés, des images architecturales et des ombres projetées des plantes en constant changement. Chaque appareil interagit avec les autres, de même qu’avec les plantes grâce à des biosenseurs, créant ainsi un réseau de lumière et de son. Il s’agit d’un environnement capable de générer des compositions audiovisuelles surprenantes, produites par l’échange entre des acteurs morts (les ventilateurs) et vivants (les plantes).

Co-production : Bipolar, Le Cube. Avec le soutien de Aura

commentaires

Exposition immersive: Bosch, Brueghel, Arcimboldo - Fantastique et merveilleux

Publié le 26 Mars 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

Exposition immersive:  Bosch, Brueghel, Arcimboldo - Fantastique et merveilleux

Produite par Culturespaces et réalisée par Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi avec la collaboration musicale de Luca Longobardi, cette nouvelle création vous invite à explorer le monde foisonnant peint par 3 artistes du XVIe siècle à l'imagination débridée : Bosch, Brueghel et Arcimboldo.


Des triptyques de Bosch les plus emblématiques (tels Le Jardin des Délices, La Tentation de Saint Antoine, ou encore Le Chariot de foin) aux étonnantes compositions d'Arcimboldo faites de fleurs et de fruits en passant par les fêtes villageoises de la dynastie Bruegel, les Carrières de Lumières s'ouvrent aux univers fascinants de ces trois grands maîtres qui se sont attachés à représenter la vie, son mouvement et toute la dualité d'un monde oscillant entre le bien et le mal. S'ils partagent une grande finesse d'exécution dans le dessin, ils se retrouvent aussi sur le terrain d'une extrême inventivité. A l'imaginaire halluciné de Bosch et à la créativité des visages improbables d'Arcimboldo répond la trivialité joyeuse d'un Brueghel ancrant ses multiples personnages dans le réel.


Le temps d'un spectacle d'une trentaine de minutes, riche de plus de 2000 images numériques projetées sur 7000m2 de surfaces, les Carrières de Lumières vont se peupler d'innombrables créatures fantastiques et figures allégoriques. Semblant saisis sur le vif, tour à tour effrayants et amusants, pris dans des situations parfois cocasses, tous ces personnages sont autant de miroirs tendus vers celui qui les regarde. Les vanités, la nature éphémère de la vie, l'aspiration à s'élever mais aussi les plaisirs, les tentations, les vices, tous ces thèmes traversent les paysages dépeints par Bosch, Brueghel et Arcimboldo avec un sens aigu du détail qui nous touche encore aujourd'hui. Le merveilleux Jardin des Délices de Bosch clôt ce spectacle où le visiteur est invité à entrer dans une danse fantasmagorique. La bande-son oscille entre musique classique et moderne avec les Carmina Burana d’Orff, les Quatre Saisons de Vivaldi revisitées par Max Richter, Mussorgsky ou encore Led Zeppelin.

 

HORAIRES  
Les Carrières seront ouvertes tous les jours du 4 mars 2017 au 7 janvier 2018.
Janvier, mars, novembre et décembre : 10h-18h
Avril, mai, juin, septembre et octobre : 9h30-19h
Juillet et août : 9h30-19h30
DERNIÈRE ENTRÉE 1H AVANT LA FERMETURE.
La librairie-boutique culturelle est ouverte aux horaires des Carrières.
 
TARIFS  
Individuels
Plein tarif : 12 €
Tarif réduit : 10 € 
Les enfants de 7 à 17 ans, les étudiants, les porteurs du Pass Education, les handicapés et les demandeurs d’emploi bénéficient du tarif réduit sur présentation d’un justificatif en cours de validité (moins de 6 mois). Les enfants de moins de 7 ans et les journalistes entrent gratuitement sur présentation d’un justificatif en cours de validité (moins de 6 mois).
Offre Famille
L’entrée est gratuite pour le 2e enfant âgé de 7 à 17 ans (avec deux adultes et un enfant payant)
 
ACCÈS  
Route de Maillane  13520 Les Baux-de-Provence

commentaires

Empathies, Évidences singulières, Prendre les Augures, Objets perdus

Publié le 22 Mars 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

Empathies, Évidences singulières, Prendre les Augures, Objets perdus

Labanque présente 4 nouvelles expositions !


Empathies, Scenocosme – Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt

Scenocosme propose des œuvres interactives et sensorielles. Empathies rassemble des installations qui interrogent nos relations à l’environnement naturel, social, technologique à travers le contact, le toucher. 

 

Évidences singulières : Jean-Michel Meurice et ses amis

Cette exposition retrace le parcours personnel de Jean-Michel Meurice et de ses amitiés au coeur de l’art contemporain des cinquante dernières années. Vous découvrirez une sélection des oeuvres de Jean-Michel Meurice, Pierre Alechinsky, Cédrick Eymenier, Jean Le Gac, Bernard Moninot, Jean-Pierre Raynaud, Georges Rousse, Pierre Soulages, Claude Viallat et Zao Wou-Ki.

 

Prendre les Augures, Aurore Pallet

Aurore Pallet présente une série de peintures récentes et une installation sonore. En présence de sons annonçant l’orage, le visiteur découvre un ensemble de peintures dans lesquels différents éléments du paysage – oiseaux, tempêtes, nuages... – 
se révèlent porteurs de significations augurales.

 

Objets perdus, Rossella Piccinno

Rossella Piccinno est allée à la rencontre des réfugiés et leur a posé la même question : « Avez-vous des objets souvenirs que vous avez dû quitter et dont vous regrettez la perte ? ». L’exposition présente les photographies et propose une immersion sonore retraçant les discussions sur le voyage et la recherche de cet objet perdu…

 

Ces quatre expositions sont à découvrir en entrée libre à compter du 1er avril jusqu'au 23 juillet 2017
Le vernissage aura lieu le jeudi 30 mars à partir de 18h30 !

Lieu:
Labanque Béthune
44 Place Clémenceau,
62400 Béthune

commentaires

Projet Art & Réalité Virtuelle

Publié le 22 Mars 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

Projet Art & Réalité Virtuelle

Le Projet Art & RV, en partenariat avec Laval Virtual 2017 et L'Art au Centre, vous propose une rencontre autour de l’art et de la réalité virtuelle.

Nous avons construit cette première exposition à l'image de la dynamique de notre projet : nous avons invité des artistes, des étudiants et des chercheurs issus de domaines variés à présenter des oeuvres explorant, de proche ou de loin, ce médium afin de relier et de soutenir l’exploration artistique et numérique.

De la réalité virtuelle aux illusions visuelles, de la réalité augmentée à la robotique, venez découvrir ou explorer au fil des oeuvres la richesse d'expression de l'art numérique. 

Nous avons ainsi le plaisir d'exposer cette année les artistes Yann Minh, B2BK, Judith Guez, Guillaume Bertinet, Josephine Derobe, Karleen Groupierre et les étudiants de M2 Création Numérique de Université Savoie Mont Blanc, Meyrueis Vincent, ainsi qu'Anne Dubos et les étudiants du Projet Rock Art Rocks Me. 

Judith Guez // Artiste-Chercheuse (judith.guez@gmail.com)
Adèle Sicre // Ingénieure de Projet (adele.sicrevidalou@gmail.com)


Exposition du Mardi 21 mars au Dimanche 26 mars 2017

Horaires d’ouverture : 
Mer. 13h -19h // Jeu. 12h -17h // Ven. de 11h -19h // Sam. 11h -16h // Dim. 11h -14h

Galerie Porte Beucheresse
1 Place Hardy de Lévaré, 53000 Laval, France

Le VERNISSAGE aura lieu le mardi 21 mars à 19h30

Gratuit et ouvert à tous

commentaires

MÉCANIQUES REMONTÉES

Publié le 18 Mars 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

MÉCANIQUES REMONTÉES
25.03 > 06.08.2017
Vernissage public samedi 25 mars à partir de 14h
 
Zimoun investit les espaces du CENTQUATRE-PARIS avec ses sculptures sonores pour sa plus grande exposition. Constituées de petits objets (cartons, balles, petits moteurs...), ses œuvres envoûtent le visiteur, tout en modifiant sa perception de l'espace.
 
Direction artistique : José-Manuel Gonçalvès
 

AU PROGRAMME

317 moteurs à courant continu préparés, sacs en papier, conteneur maritime, 2016
Créée pour la foire d’art Art Basel en 2016, cette installation est présentée pour la première fois en France. Dans ce conteneur, environ 300 sacs en papier recouvrent la surface visible. Un dispositif les fait bouger afin qu’ils produisent des bruissements et de petits mouvements. Les installations de Zimoun sont des expérimentations à vivre. Conçue pour une personne à la fois, cette œuvre est un bon exemple de l’immersion dans laquelle l’artiste veut plonger le visiteur. Ce dernier passe sa tête dans un espace inclusif, qui l’entoure totalement. Seul dans cette espèce de gigantesque casque 3D, isolé de l’extérieur, on l’invite à rester silencieux et à se concentrer sur ce qu’il voit et entend. Comme pour les autres œuvres de Zimoun présentées dans l’exposition, c’est une architecture visuelle et sonore que l’on amène le visiteur à explorer.

49 bétonnières préparées, 2017
Pour cette nouvelle œuvre, 49 bétonnières sont rassemblées sous la halle. Chacune d’entre elles renferme des petits matériaux divers, qui produisent des sons spécifiques. L’installation peut être perçue comme un ensemble, ou comme des éléments individuels, chacun produisant ses propres sons uniques. Zimoun s’intéresse aux matériaux simples du quotidien et à usage industriel. Dans chaque installation, des dispositifs mécaniques activent les matériaux et génèrent des sons. Pour cette nouvelle installation, le dispositif est la machine elle-même. C’est la première fois que Zimoun travaille avec ce type de machine, empruntée directement du domaine industriel.

276 moteurs à courant continu préparés, bâtons de bois de 2,4 m, 2017
La première version de cette installation, créée récemment pour le MAC à Santiago de Chili, recouvrait un mur entier. Au CENTQUATRE, l’artiste l’a étendue à tous les murs de l’Atelier 0. Cette fois-ci, des centaines de bâtons en bois de 2,4 mètres rebondissent frénétiquement sur les murs. Le visiteur est totalement entouré par l’œuvre, aussi bien visuellement qu’acoustiquement. Comme le carton, Zimoun aime utiliser le bois dans ses installations, pour sa qualité esthétique brute et ses multiples possibilités d’exploitation.

658 moteurs à courant continu préparés, pelotes de coton, boîtes en carton 70 x 70 x 70 cm, 2017
Le carton est l’un des matériaux historiques de Zimoun. Pour le CENTQUATRE, l’artiste a créé une installation monumentale, directement liée à sa série iconique basée sur du carton. « Ses riches propriétés acoustiques et son système modulaire, mais aussi le matériel en lui-même et son esthétique m’intéresse, » explique Zimoun. « De plus, c’est un matériau déjà recyclé et on peut s’en procurer partout localement. » Sur les murs, environ 650 petites pelotes de coton tapent contre des boîtes en carton. Plongé dans l’œuvre, le visiteur est invité à écouter et à regarder l’espace environnant. Il n’y a pas d’interprétation unique pour les œuvres de Zimoun, mais il cherche à stimuler l’esprit du visiteur, qui peut ensuite donner lieu à toutes sortes d’associations et de connexions.

600 moteurs à courant continu préparés, 58 kg de bois, 2017
Chaque salle de l’exposition comporte une œuvre basée sur un dispositif. Ici, le sol est recouvert de petits morceaux de bois, mis en mouvement par des dispositifs fixés sur des bases en bois. Comme dans d’autres œuvres de Zimoun, l’installation peut être vue comme un ensemble dans lequel chaque individu développe son propre comportement au fil du temps, mais en même temps tous les éléments individuels fusionnent en un seul dispositif-organisme. Initialement présentée dans un grand espace blanc au Musée des Beaux Arts de Le Locle (Suisse), cette œuvre est exposée cette fois-ci dans une salle noire. L’attention du visiteur se focalise directement sur le mouvement et les sons des morceaux de bois rebondissant au sol. Cette nouvelle version d’une œuvre existante montre comment Zimoun aime expérimenter et remettre en scène une installation, en lien avec un nouveau contexte et espace.

400 moteurs à courant continu préparés, blocs en bois, 2017
Dans cette nouvelle œuvre, l’artiste a placé 400 petits blocs en bois sur une plateforme en bois. Le visiteur peut se promener autour et apprécier les variations sonores et sa perception visuelle. Il n’y a pas d’interprétation juste ou donnée pour les œuvres de Zimoun. En constante évolution, elles ne racontent pas une histoire spécifique, n’ont pas de début ni de fin. Bien au contraire, le but de l’artiste est de créer une répétition qui pourrait être infinie, une situation qui permet de se concentrer sur les événements qui résultent des vibrations produites à un instant T.

255 moteurs à courant alternatif préparés, 328 kg de lattes de toit, 1,8 km de corde, 2015
L’art de Zimoun fait preuve simultanément d’ordre et de chaos. Cette installation, présentée pour la première fois en 2015 au Knockdown Center à New York et plus tard dans la même année pendant la Nuit Blanche dans une caserne de pompiers désaffectée du dixième arrondissement, peut s’apparenter à une foule dansante, ou une forêt délirante, où les arbres agissent bizarrement. Mais en regardant de plus près, on se rend compte que chaque latte de toit est mise en mouvement par son propre dispositif permanent. D’une certaine manière, les installations de l’artiste évoquent les organismes naturels, évoluant selon leur propre logique. Comme dans la nature, il n’y a pas d’artifice, les sons sont aussi proches que possible de ce que l’on voit.

400 moteurs à courant continu préparés, fil d’apport de 0,1 mm, 2009 / 2010
Imaginé en 2009-2010, le concept de cette installation comporte un autre matériau pris du monde industriel. Techniquement très proche de 276 moteurs à courant continu préparés, bâtons de bois 2,4 m, 2017 présentée dans l’Atelier 0, cette installation produit un son et une atmosphère totalement différents à cause du matériau en lui-même, ainsi que la forme et le rythme que l’artiste impulse aux éléments. Comme pour d’autres pièces, Zimoun a recrée cette installation pour l’espace du CENTQUATRE. Le couloir est exploité dans toute sa longueur, avec une ligne mouvante de fil d’apport qui s’y dessine.

untitled (titre en cours)
Dans l’atelier de Zimoun, il y a toujours des idées et des prototypes qui attendent de prendre la forme d’une installation. Cette nouvelle œuvre combine un sol en bois et des éléments en caoutchouc reliés à des dispositifs. Alors qu’ils tombent au sol, ils produisent de fortes vibrations à basse fréquence. Exploitant la pièce toute entière, cette installation crée un autre univers immersif qui peut être ressenti physiquement par le visiteur. Comme une peinture abstraite, le spectateur peut donner du sens aux événements qui s’y passent ou se délecter d’une œuvre d’art d’une manière abstraite.

commentaires

ENVIRONNEMENT APPROXIMATIF

Publié le 8 Mars 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

ENVIRONNEMENT APPROXIMATIF

Du Jeudi 9 mars 2017 - 12:00 au Vendredi 7 avril 2017 - 18:00
Installation numérique et interactive / 2016
D’Axel Boillot- Johann Perrin
Restitution de leur travail à l’issue de leur résidence au LED

 

De la même sorte que Joseph Kosuth avec son oeuvre « One and Three Chairs », notre dispositif traite des multiples aspects du réel, c’est l’idée de division du sens d’un seul et même objet qui est essentiel.
Ainsi l’installation se décline en trois temps, un réel linguistique, (définition, idée ), un réel tridimensionnel, ( espace mis à disposition), un réel bidimensionnel celui des écrans. Nous confronterons ainsi ces différentes dimensions du réel pour mettre en instance un sentiment de questionnement, pousser le spectateur dans un non lieu à recomposer, sorte d’espace mis en abîme, mondes parallèles, impénétrables, cryptiques.


Adresse
Forum
1, place Malraux
57100 Thionville
France

commentaires

BEAUTY

Publié le 4 Mars 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

BEAUTY

Du Jeudi 9 mars 2017 - 12:00 au Vendredi 7 avril 2017 - 18:00
De Rino Stefano Tagliaferro

L’histoire des émotions les plus importantes de la vie : de la naissance à la mort, l’amour et la sexualité à travers la douleur et la peur. C’est un hommage à l’art et à sa beauté désarmante.
L’animateur et réalisateur italien de film expérimentaux Rino Stefano Tagliafierro a étudié à l’ISIA d’Urbino et à l’IED-European Institute of Design de Milan. Il a travaillé sur des installations et des videos pour des expositions et des musées.
En 2013, il donne naissance, avec deux autres réalisateurs, au projet audiovisuel Karmachina. Ses films remportent de nombreux prix dans des festivals internationaux dont le festival d’Annecy en 2012, Le festival d’Ottawa en 2012, Interfilm 2013...

Entrée libre
Du mardi au vendredi de 12h à 18h
Salle blanche

Adresse
1, place Malraux
57100 Thionville
France

commentaires

EXTRAPOLIS

Publié le 2 Mars 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

EXTRAPOLIS

Du Jeudi 9 mars 2017 au Vendredi 7 avril 2017
Production : AADN
Co-production : BKYC &
Théoriz Studio

Brisant les frontières entre les différents supports de l’image, ExtraPolis plonge le spectateur dans une ville en perpétuel mouvement. L’installation immersive et interactive perturbe les repères du spectateur et propose une expérience sensorielle. A la fois observateur et observé, le passant contemple une cité fantasque qui prend vie sous ses yeux et dont il pourrait bien être le protagoniste...
L’immersion du spectateur et le principe de contemplation suffisent à faire sens pour Extrapolis, le sens du qui observe quoi dans la ville imaginaire, tout comme dans notre réalité quotidienne. Grâce à plusieurs caméras posées aux alentours du tableau, le public se retrouvera intégré à son insu dans cette ville surréaliste. De simple passant, il sera amené à devenir malgré lui l’égerie d’une publicité ou le porte-parole d’un discours dont il ne contrôle pas la propagation.

Entrée libre
Du mardi au vendredi de 12h à 18h
Salle Noire

Adresse
1 place Malraux
57100 Thionville
France

commentaires

HYPERVISION

Publié le 28 Février 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

HYPERVISION

Du Jeudi 9 mars 2017 - 12:00 au Vendredi 7 avril 2017 - 18:00
Une coproduction CJB – Puzzle

HYPERVISION, où la réalité suggère un processusd’amplification visuelle. Oui, c’est bien notre propre perception qui va se retrouver augmenter ! Les oeuvres prendront vie pour laisser apparaître une nouvelle lecture des arts visuels.
L’expérience, dans laquelle vous allez prendre place, est de combiner le monde réel en interaction avec des données numériques.

 

BEAUTY
De Rino Stefano Tagliaf

EXTRAPOLIS
Production : AADN
Co-production : BKYC &
Théoriz Studio

WORK IN PROGRESS
De Grégory Lê, illustrateur / graphiste

INTERMISSIONS
De Justine Emard

Entrée libre
Du mardi au vendredi de 12h à 18h
Salle blanche

Adresse
1, place Malraux
57100 Thionville
France

commentaires

EX_MÁQUINA

Publié le 24 Février 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

EX_MÁQUINA

Du 11 mars 2017 au 22 avril 2017, venez découvrir l'exposition EX_MÁQUINA à la Galerie Charlot, à Paris.

 

C’est entre des mythes et la réalité que les robots sont déjà nos contemporains. Témoin de son temps et fort de son expérience de chercheur en robotique au Japon durant la dernière décennie, Zaven Paré a participé à un moment exceptionnel de l’histoire de la robotique. Ses toiles, gravures, dessins et carnets exposés pour la première fois à la Galerie Charlot, inaugurent l’illustration d’une véritable aventure, relatée par ailleurs dans son récent ouvrage intitulé « L’âge d’or de la robotique japonaise », aux éditions Les belles lettres.
Des robots humanoïdes japonais en reculant jusqu’à l’homme d’argile de la littérature talmudique, les recherches de Zaven Paré ont investi cette quête singulière de l’Homme : on pourra ainsi retrouver certaines de ses oeuvres dans l’exposition simultanée « Golem ! » au Musée d’Art et d’Histoire du Judaisme à Paris.
Clin d’œil ou témoignage onirique, dans sa troisième exposition à la Galerie ses peintures sont présentées en contrepoint de quelques unes de ses machines incongrues auxquelles nous nous sommes déjà familiarisées, sortes d’approximations poétiques d’un devenir qui mêlerait lui aussi « art et technologie ». Zaven Paré partage son univers où l’on va retrouver pêle-mêle des vidéos ludiques, des objets décapants et des installations de métal, de plastique et de carton fabriquées pour notre enchantement.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>