Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

L'Utopie au présent (Carthage)

Publié le 14 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans appel a communications, Appel à communications

L'Utopie au présent (Carthage)

Colloque international: L’UTOPIE  AU  PRÉSENT 
organisé par :                                                                                                                             L’Université de Carthage       
L’Institut Supérieur des Langues de Tunis
L’Unité de Recherches : Approches Transversales en Littérature et en Langue (A.T.L.L)       
En partenariat avec l’Académie Bait-el-Hikma, Carthage                                                                                  
Lieu : Académie Bait-el-Hikma, Carthage, Tunis.
Date : 16-17  novembre 2017                                                                                                                                                                                                                                                                          
        Cinq cents ans après l’ouvrage fondateur de Thomas More, une littérature  multidisciplinaire et de réflexion ne cesse d’accompagner les sciences et les arts : des ouvrages se rééditent, des nomenclatures et des typologies se dessinent. Un tour d’esprit, une tradition et une conscience utopistes  continuent de marquer une grande partie de notre culture.        
        La  notion autour de laquelle  nous voudrions placer les actes du colloque touche à des lieux de création et de réflexion  qui favorisent  la rencontre de sensibilités et de compétences d’horizons divers et qui suscitent  un questionnement et un dialogue  nourris  sur l’utopie  comme discours (musical, pictural, littéraire, idéologique,etc.) ayant son vocabulaire, sa syntaxe et sa stratégie, comme figures de l’imaginaire, comme  territoires où se logerait l’altérité,  comme construction  concrète, comme symptôme, comme fantasme ou comme fantaisie.
        L’histoire a fait les utopies et les utopies font et défont encore l’histoire. Elles sécrètent leur antidote dans l’autre utopie, la dystopie, allergique aux enchantements fallacieux. Le meilleur des mondes  peut couver son gène schizophrénique et connaitre une imparable sclérose. Il convient  de considérer, à ce propos, la  confiscation des utopies  et leur  dévaluation par différentes instances. La déroute des  élans utopiques s’est surtout traduite par « un affaiblissement de l’horizon d’attente, par un étranglement de la perspective temporelle », véritable « pathologie de l’avenir obscurci ». Si le concept d’utopie peut avoir encore un sens et une pertinence, c’est peut-être dans la restauration de cet horizon, en se posant comme projection. La vocation de l’art, imbu  de ses pouvoirs  d’anticipation, n’est-elle pas de nous  mettre   à la limite des possibilités actuelles du monde, à nous donner à voir  les lieux  de ce qui n’est pas encore? Plutôt que de dresser un catalogue des utopies contemporaines ou des projets « futuristes » actuels, l’ambition de ces rencontres est  de réfléchir à la question de la survivance, aujourd’hui, sous quelles formes et à quelles fins, de la pensée utopique. Au-delà des différentes représentations et autres transpositions sémiotiques de la notion, la réflexion portera sur le devenir même du concept d’utopie.

 

Des propositions de communications sont attendues autour des axes suivants :                                                               
a- L’utopie comme paradigme épistémologique et artistique.                                                       b- Territoires de l’utopie.                                                                                                               
c- Mythes projectifs  de l’utopie.                                                                                                   
d- L’utopie comme oxymore : illusoire vérité  et anticipation du présent                                       e- L'idéologie et l'utopie : deux expressions de l'imaginaire social                                               f- Paradoxes de l’utopie (totalitaire, ascétique et uniformisant d’un coté, libertaire et épicurien, de l’autre) 
g- Hétérotopies, dystopies, utopies fermées, utopies ouvertes.                                                   
h- Utopies et universalité.

Modalités de soumission des propositions :                                                                                                                                         

  • Date limite de soumission des propositions de communication : Dimanche 11 juin 2017 (délai de rigueur)                                                          
  • Acceptation/refus des propositions : 30 juin  2017    
  • Les propositions seront présentées sous la forme d’un document Word d’une  page, comprise  entre un minimum de 1000 signes et un maximum de 2000 et comprendront 5 mots clés : elles devront mentionner nom et prénom, discipline d’origine, statut, rattachement institutionnel de l’auteur et adresse électronique.                                        
  • Les propositions seront rédigées en Times New Roman de 12 points, interligne 1,5. Le fichier informatisé du résumé envoyé aux organisateurs par voie électronique sera simplement nommé par les nom et prénom de l’auteur.
  • Les propositions de communication seront adressées exclusivement à :                           bechirbenaissa@gmail.com 
  • Les communications pourront être données en arabe, en français ou en anglais.            
  • Prévoir de participer à la totalité du colloque au cours duquel des tables-rondes seront organisées avec la participation des intervenants. 

Comité scientifique

Mme Alia Baccar-Bornaz (U. Manouba) 
M.Béchir Ben Aissa (U. Carthage)
Mme Houda Ben Hamadi (U. Carthage)
M. Med Ridha Bouguerra (U. Carthage & U. Manouba) 
Mme Amina Chenik (U. Carthage)
M. kamel Gaha (U. Tunis El-Manar)
M. Chaabane Harbaoui (U. Carthage)
M. Mounir Khelifa (U. Carthage)
* Coordinateur du Colloque : M. Béchir Ben Aissa  (U. Carthage) 
 
RESPONSABLE : Béchir Ben AISSA (ISLT- U. Carthage)
ADRESSEAcadémie Bait El-Hikma (Carthage-Tunis))

commentaires

WADE IN THE WATER

Publié le 13 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans spectacle

WADE IN THE WATER

WADE IN THE WATER - CIE 14:20

Vendredi 19 Mai 2017 - 20:30

En famille à partir de 12 ans

 

A travers des spectacles alliant le geste et la magie nouvelle, la compagnie 14:20 cherche à susciter le « sentiment magique », un instant précis où le réel n’a plus d’emprise sur notre perception. La magie a le pouvoir de questionner nos certitudes, de nous redonner à percevoir le monde comme une chose infinie et illimitée, bien au-delà de nos croyances, de notre culture et de nos habitudes.

Véritable appel à la fraternité et à la libération, Wade In The Water fait référence à un mythique chant d'esclave d’Amérique du Nord. Grand cycle allégorique, cette nouvelle pièce illustre cette lutte nécessaire à travers le parcours d’un homme confronté à l’expérience du deuil de soi. Une traversée magique d'états psychiques et sensoriels où vertiges, ubiquité, chutes et envols nous conduisent jusqu'au seuil de l'intime étrangeté.

Théâtre, danse, jeux corporels sont au cœur de ce spectacle visuel qui défie les lois de la pesanteur et du temps. Sur une musique brûlante d’Ibrahim Maalouf, le danseur Aragorn Boulanger compose une chorégraphie surréelle et déchirée entre l’énigmatique grâce de l’abandon et la nécessité de la résistance.

Durée : 1h15 

commentaires

Björk Digital Los Angeles

Publié le 12 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

Björk  Digital Los Angeles

Björk Digital est une exposition immersive regroupant notamment les projets de réalité virtuelle de l’artiste islandaise.

L’exposition itinérante rassemble des expériences de réalité virtuelle, des projections vidéo et un espace éducatif interactif. La partie inédite, Vulnicura VR se dévoile un peu plus à chaque ville visitée parmi lesquelles Sydney, Tokyo, Londres, Montréal, Reykjavík, Houston et Los Angeles. Pour ce dernier volet c'est à Los Angeles que l'exposition s'installe du 19 mai au 4 juin 2017.

A chaque nouvelle itinérance, l’exposition est ponctuée par des soirées animées par un DJ set ou des concerts acoustiques de Björk.
Dans le cadre du Reykjavík Festival, l’exposition s’installera à Los Angeles à la Magic Box de The Reef.
Un concert acoustique sera donné au Walt Disney Concert Hall le 30 Mai où Björk sera accompagnée par un orchestre philharmonique dirigé par Bjarni Frímann Bjarnason.

commentaires

Percolaris #1 : Techno-esthétique

Publié le 11 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans performance, conférence

Percolaris #1 : Techno-esthétique

Pour sa première semaine de résidence à Arondit, le collectif PERCOLARIS se penche sur la notion de « techno-esthétique », terme simondonnien qui envisage les aspects sensibles et significatifs du geste technique.

Le Samedi 13 Mai dès 18h, nous donnerons carte Blanche à Ludovic Duhem, philosophe et artiste, travaillant actuellement sur ce thème :

- Conférence sur la techno-esthétique de Ludovic Duhem suivi d'un échange avec le public présent. 

- Conférence/Performance : "ARS VITAE ou comment apprendre à vivre l'altération technologique" de Ludovic Duhem et Raphaël Vens (compositeur et artiste sonore).

- Atelier de sérigraphie comestible par Émilie-Laura Accipe : création d’un herbier à sérigraphier et personnaliser à l’aide d’une palette d’encres végétales comestibles.

 

♻ Les invités ♻

Ludovic Duhem est artiste et philosophe. Il enseigne la philosophie dans des écoles d'art et de design. Ses recherche en philosophie portent sur le rapport entre esthétique, technique et politique. En tant que plasticien, il développe un travail centré sur la naturalité, la technicité et la sacralité. La peinture, le dessin, la photographie, les installations multimedia et la performance sont ses champs d'exprimentation où le geste manuel et instrumenté a une place particulière. À travers des projets plastiques et philosophiques, il collabore régulièrement avec des compositeurs, des chorégraphes et des metteurs en scène. Depuis 2015, il développe une recherche entre art et philosophie selon un dispositif de conférence/performance où l'improvisation met en dialogue des collaborations artistiques diverses.

Raphaël Vens est un compositeur et artiste numérique belge. Il mélange les disciplines et les pratiques artistiques pour repousser les limites de la perception musicale. Il compose des musiques pour instruments et pour électronique dans des domaines aussi variés que l'installation sonore, le théâtre, le cinéma, la performance. Il s'intéresse aussi au dispositif interactif en temps réel ainsi qu’à l’improvisation. Il participe au groupe de recherche musicale PRISMA. 

Émilie-Laura Accipe est une graphiste et illustratrice installée en région parisienne. Fondatrice de l'Atelier Au Poêle et des éditions Hakea Collina, elle développe de nombreuses recherches autour de l'alimentation et des liens entre la nature et l'homme. Elle organise également des ateliers au cours desquels elle questionne la notion de comestible de manière ludique et imagée. 


♻ Informations pratiques ♻

Arondit
98, rue Quincampoix
75003 Paris


♻ Evénement associé ♻

Le même jour, les résidents de la Paillasse organisent leur 4e "circuit recherche et création" sur le thème de l'outil.
Cet atelier mené sur une journée rassemble des créateurs et des théoriciens autour de la co-création d'une oeuvre.

Si nous pouvions nous dépouiller de tout orgueil, si, pour définir notre espèce, nous nous en tenions strictement à ce que l'histoire et la préhistoire nous présentent comme la caractéristique constante de l'homme et de l'intelligence, nous ne dirions peut-être pas Homo sapiens, mais Homo faber. En définitive, l'intelligence, envisagée dans ce qui en paraît être la démarche originelle, est la faculté de fabriquer des objets artificiels, en particulier des outils à faire des outils et, d'en varier indéfiniment la fabrication.

Bergson, L'évolution créatrice (1907)

commentaires

"Dans la disruption, comment ne pas devenir fou ?"

Publié le 11 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans conférence

"Dans la disruption, comment ne pas devenir fou ?"

Le jeudi 18 mai 17
19h30 - Réservation en ligne
Tarif : Gratuit sur réservation
bernard stiegler - le cube - centre de creation numerique

Avec la connexion planétaire des ordinateurs, des smartphones et des foules que cela forme, les organisations sociales et les individus qui tentent de s’approprier l’évolution foudroyante de la technologie arrivent toujours trop tard. C’est ce que l’on appelle la disruption. Cette immense puissance installe un immense sentiment d’impuissance qui peut rendre fou. Dans son dernier ouvrage Dans la disruption, comment ne pas devenir fou ? (2016, éditions Les Liens qui Libèrent), le philosophe Bernard Steigler livre une vision fondamentale sur les ressorts d’une société au bord de l’effondrement.

Spécialiste des mutations induites par les technologies numériques, Bernard Stiegler est docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il est l’initiateur et le président du groupe de réflexion philosophique Ars Industrialis créé en 2005. Il est directeur du département du développement culturel du Centre Georges Pompidou, où il dirige l’Institut de recherche et d’innovation (IRI), créé à son initiative en avril 2006. Il a été directeur de programme au Collège international de philosophie, professeur dans plusieurs universités (Goldsmiths College à Londres, Compiègne, Cambridge, Zurich) et directeur de l’unité de recherche Connaissances, Organisations et Systèmes Techniques, qu’il a fondée en 1993. Il a aussi été directeur général adjoint de l’Institut National de l’Audiovisuel, puis directeur de l’IRCAM. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont États de choc. Bêtise et savoir au XXIe siècle (2012, Mille et une nuits) ou La société automatique. Tome 1, L’avenir du travail (2015, Fayard)

Vivez la soirée au Cube et profitez d’un moment privilégié avec Bernard Stiegler autour d’un verre après l’émission, ou vivez-la en direct (et en replay) sur rendezvousdufutur.com, le site du Cube et Twitter #RDVF

Et en première partie de soirée, retrouvez votre magazine « Le First » consacré aux change makers, les acteurs positifs du changement.


Les Rendez-vous du Futur
« Les Rendez-vous du Futur » explorent le monde qui vient à travers un cycle d’émissions interactives invitant des personnalités phares de notre époque et des acteurs du changement à venir dialoguer et partager leur vision prospective. Depuis leur lancement en 2010, « Les Rendez‑vous du Futur » totalisent plus de 100 émissions, 120 heures d’images en ligne, quelques 500 000 vidéos regardées et une communauté qui ne cesse de grandir. rendezvousdufutur.com

commentaires

ARTS EPHÉMÈRES

Publié le 10 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans exposit

ARTS EPHÉMÈRES

LES ARTS EPHÉMÈRES
EXPOSITION TEMPORAIRE 
ARTS ET BEAUX-ARTS
Du 18 mai au 10 juin 2017.


La Mairie des 9e & 10e arrondissements de Marseille organise le Festival des Arts Éphémères, depuis 2009, dans le parc de Maison Blanche, pour favoriser la diffusion de l'art contemporain en invitant les artistes à une rencontre avec le grand public.

Détente

Alors que Marseille célèbre le sport avec l'année capitale, les Arts Éphémères transforment le parc de Maison Blanche en terrain de jeu détonant et vous invite à une mi-temps sur le thème de la détente. La détente mobilise des énergies tant physiques que mentales qui, tour à tour, sont sollicitées dans une opposition d'intention. Le corps est invité à rassembler ses forces pour se propulser ou au contraire est appelé à relâcher toutes ses tensions pour s'abandonner à une douce langueur. C'est un état transitoire, un passage dynamique vers l'impulsion ou la pause. C'est aussi ce temps suspendu au cours duquel tout peut basculer...

Le festival rassemble depuis ses débuts et en cette 9e édition, des artistes trouvant dans l'univers du parc, de la nature, de l'espace public et de l'éphémère, l'occasion d'exprimer des aspirations artistiques originales et cachées, que l'espace habituel du musée ou de la galerie ne permettait pas d'exploiter. Le geste artistique de l'éphémère devient liberté.

Maison Blanche se transforme, le temps du Festival, en un laboratoire créatif à ciel ouvert.

Car le parc est par essence un lieu visuel et sensible toujours prêt à accueillir l'oeuvre d'art. L'univers du parc fonctionne comme un appel, comme une formidable machine à accueillir les formes nouvelles et renouveler l'inventivité des artistes.

Vernissage mercredi 17 mai à 18h30.

commentaires

Bloddy Week-End - #8

Publié le 9 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans festivals

Bloddy Week-End - #8

Le Bloody Week-end est un événement culturel réunissant d’un côté une compétition internationale de courts-métrages et de l’autre une convention du film fantastique. Il s’adresse à un public de passionnés mais également à tous ceux qui souhaitent découvrir le Fantastique sous toutes ses formes.

 

LA 8ÈME ÉDITION SE DÉROULERA VENDREDI 26, SAMEDI 27 ET DIMANCHE 28 MAI 2017, À L'ESPACE JAPY AVEC LE SOUTIEN DE LA  VILLE D'AUDINCOURT.

 

Le Bloody Week-end est l’occasion de revoir des films sur grand écran, mais également de découvrir des nouveautés sous forme de longs métrages en présence des acteurs et réalisateurs.

Parmi les invités des dernières éditions, on peut citer Mick Garris, Ruggero Deodato, Jack Sholder, John Mc Naughton, Luigi Cozzi, Caroline Munro, Brian Yuzna, Graham Masterton, Philippe Nahon, Fabio Frizzi, Catriona Maccoll, Jack West, Jean-Pierre Dionnet, Dominique Pinon, Anthony Hickox ou encore René Manzor.

Le moment fort du festival est la compétition internationale de courts-métrages,où le jury de professionnels du cinéma récompense des films de fiction et d'animation.

Plus question d’être réalisateur ou simple spectateur, tous les passionnés se rencontrent et échangent dans la bonne humeur.

Le Bloody week-end est un lieu de rendez-vous des amateurs du cinéma fantastique mais également de différents artistes : peintres, sculpteurs, photographes, écrivains, auteurs de romans ou de bandes dessinées, maquilleurs… Des expositions, des démonstrations et des animations d’où naissent des contacts, des projets de travail en commun… Vous y trouverez également des conférences sur des sujets de société, des tables rondes, des rencontres avec des invités.

L’association Bloody Zone veut mettre un point d’honneur à rendre cet événement accessible au plus grand nombre. Pour cela, elle veille à trouver des locaux accessibles aux personnes à mobilité réduite.

8e édition...8 ans déjà que le Bloody Week-end a vu le jour...

Un festival unique en France!

Trois jours pour partager une passion commune sur le cinéma, 4 jours pour découvrir le fantastique.

Tout à chacun, passionné confirmé, amateur éclairé, ou en quête de vérité...mais la vérité est ailleurs...se retrouvent sur ce week-end pour partager une passion commune, celle du cinéma fantastique.

 

Au programme :

  • Une compétition internationale de courts-métrages autour d'un jury de professionnels, 
  • Un pop-up géant d'artistes : sculpteur, auteur, peintre, maquilleur effets spéciaux, réunis pour nous dévoiler leurs talents,
  • Des conférences et débats, avec notamment deux interventions d'Igor et Grichka Bogdanoff,
  • Des diffusions de longs-métrages,
  • Des jeux interactifs, concours cosplay et scream queen...

Le Bloody week-end, le plus grand des petits festivals?

Je vous souhaite un excellent week-end, riche en découvertes et rencontres et vous laisse sur cette comptine d'un ami commun... 

L'angoisse n'est pas supportable sans l'humour. C'est le mélange qui fait le plaisir.

Alfred Hitchcock

commentaires

ZOMBIE, MYTHE OU RÉALITÉ ?

Publié le 8 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans conférence

ZOMBIE, MYTHE OU RÉALITÉ ?
Colloque: Zombie, mythe ou réalité?
Vendredi 26 mai 2017
De 9h à 18h
UFR des Sports à Besançon.
 
Un jeudi midi. Des échanges entre collègues sur le dernier épisode de Fear the Walking Dead, vu la veille au soir. De fil en aiguille, un dialogue s'engage autour de l'usage fait par des mathématiciens de l'exemple d'une invasion de zombies afin de comprendre un modèle de propagation épidémique. Dès lors, le motif du mort-vivant peut servir à faire de la science. Finalement, pourquoi ne pas réfléchir à cette question ? C'est ainsi qu'est née l'idée de mettre en place des rencontres universitaires visant à articuler recherches et thématique populaire. Par ailleurs, parce que la pluri-disciplinarité est une manière de faire dialoguer les sciences entre elles et que le mort-vivant est, par essence, complexe, la journée d'étude Zombie : mythe ou réalité ? mobilise diverses disciplines, en sciences humaines et sociales, comme en sciences de la vie.
 
Le motif du zombie est devenu populaire, connu de tous. Il se décline sous de nombreuses formes : 7e saison de The Walking Dead, 43 épisodes de Z Nation, la remise au jour de classiques sous de nouvelles formes, comme Ash vs Evil dead, sans compter de nombreux films diffusés au cinéma, des nouveautés littéraires, des jeux (de plateau, vidéo, etc.), mais aussi des événements à thème comme les zombies walk (défilés de personnes déguisées en morts-vivants) ou les zombies run (courses d'obstacles consistant à éviter des infectés). À n'en pas douter, la thématique du retour des morts est en pleine effervescence et ne cesse de susciter discussions et spoilers dans les communautés de fans... Mais pas seulement !
 
Son évocation ne laisse pas indifférent, à tel point qu'il parvient à produire des sphères riches de sens, d'autres facettes de la terre après l'apocalypse, autrement dit, des mondes « alternatifs »... Ce que le zombie questionne, au-delà du lien entre vie et mort, est la définition d'une autre réalité. Entrer dans l'univers des zombies, quelles que soient leurs caractéristiques (infectés, morts, rapides ou lents) devient possible.
 
L'engagement peut être plus ou moins prononcé : du visionnage d'un film à la lecture d'une bande dessinée, en passant par des soirées « enquête » au sein desquelles les infectés jouent le rôle principal. L'engouement pour cette figure fait ainsi état d'un imaginaire partagé par les adeptes du genre : l'univers dans lequel évoluent des morts-vivants se décline sous différentes formes et supports, invitant à penser, en creux, le monde d'aujourd'hui. Un grand merci à nos partenaires de Ludinam qui ont, dès le départ, cru au projet des Rencontres, et à l'UPFR des Sports qui n'a pas hésité à soutenir cette thématique.
 
Bienvenue à Zombieworld. Bienvenue dans le monde de la science !
Organisé par: Audrey TUAILLON DEMÉSY & SIDNEY GROSPRÊTRE
 
Programme:
9h : ACCUEIL
9h15
Présentation de la journée : les mondes des zombies
Audrey Tuaillon Demésy et Sidney Grosprêtre
9h30
Géographie morte-vivante. Les zombies et la perte de sens du monde
Manouk Borzakian
10h15
Les Zombies qui sont en nous
Fabien Perrin
11h00
Le corps zombie, un corps comique ?
Adrienne Boutang
11h45
Marcher sans tête et penser sans corps, est-ce possible ?
Sidney Grosprêtre
12h30 : PAUSE
14h00
Les films de zombies : un sous-genre de l’horreur réaliste ?
Hugo Clémot
14h45
Géographie des zombies. La représentation de la ville chez Romero
Alfonso Pinto
15h30
Du virus au zombie. Le point de vue de la biologie
Sébastien Causse
16h15
Zombies contemporains : un laboratoire du politique
Clémentine Hougue
17h00
Le zombie des jeux de rôle. Au croisement des traditions haïtiennes, germano-scandinaves et chrétiennes
Laurent Di Filippo
17h45
Synthèse et conclusion
Gilles Ferréol
commentaires

ÉLECTRO-ACRYLIQUE + ORBITS

Publié le 7 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans evenement

ÉLECTRO-ACRYLIQUE + ORBITS

PROGRAMME DOUBLE IMMERSIF
Lancé par Électro-Acrylique, une performance immersive électro-acoustique alliant l’art pictural et numérique avec captation et création sonore en temps réel. Suivi par Orbits, une exploration audiovisuelle 360° des concepts de rythme, de période et de cycle : du chemin régulier et répétitif d'une orbite aux interactions complexes de nombreux corps qui s'influencent mutuellement.

4, 5, 6, 9, 10, 12 et 13 mai 2017
Billet régulier : 24.25$ - Achetez en ligne ici (et à la SAT)
Électro-Acrylique : 19h à 19h40
Orbits : 20h30 à 21h15

    
ÉLECTRO-ACRYLIQUE
Électro-Acrylique est une performance immersive électro-acoustique alliant art visuel organique et numérique avec captation et création sonore en temps réel. Ce travail de création picturale et sonore en direct se forge par l'interaction de trois médiums reliés physiquement par des capteurs et des récepteurs.

 

LES ARTISTES

Depuis maintenant près de 20 ans, Fréderic Laurier alias DJ Pfreud est actif en tant que DJ dans la scène de musique électronique à Montréal. Pfreud se démarque par sa versatilité et son habilité technique ce qui lui permet de mixer avec aisance les nouvelles sonorités avec des sons plus classiques.

Né à Genève, fils de la peintre Ceska, Alec Stephani est multidisciplinaire, un touche-à-tout du visuel et du formel. La peinture est son mode d'expression le plus exploratoire et le plus libérateur.

Fred Trétout a fait ses études en jeux vidéo / réalité virtuelle. Il s’est installé à Montréal en 2009 où il s’est spécialisé en motion design et mapping. Il connait très bien le pipeline de production en jeux vidéo, VFX et scènographique et enseigne l’art numérique.

    
ORBITS
Écrit comme un album audiovisuel immersif, chaque piste de l’oeuvre jette un regard unique sur le concept d'orbite. Les éléments de la musique et des visuels 360° explorent le rythme, la période et le cycle du cheminement d'une orbite aux interactions complexes des nombreux corps qui s’y influencent. Cette performance en direct combine des sonorités « synth electronica » à un quatuor à cordes qui utilise un procédé de son surround multipoint pour créer une expérience immersive riche.

 

L'ARTISTE

David Gardener, alias Dems, est un musicien londonien du label Ninja Tune et designer interactif et d’installation à son compte. Après avoir obtenu ses diplômes, il a travaillé pour United Visual Artists et D3 Technologies.

Il a collaboré avec de nombreuses compagnies dont la BBC, United Visual Artists, English National Ballet, Ballet Rambert, Barbican et Channel 4. Il a également travaillé sur la programmation du spectacle de lumière du plus haut bâtiment de Londres, "The Shard". Enfin, il a créé des spectacles audiovisuels live pour Dems, Emmy the Great et Max cooper.

commentaires

CRÉATION IMMERSIVE

Publié le 6 Mai 2017 par Anaïs BERNARD dans appel à projets

 CRÉATION IMMERSIVE

Date limite de dépôt :1er juin 2017

Le présent appel s’adresse aux artistes de toutes disciplines, ayant complété une formation théorique et pratique en création immersive à la SAT (audio spatialisé et/ou visuels immersifs) ou chez un partenaire reconnu, ou ayant déjà réalisé une ou des œuvres immersives pour la Satosphère ou pour tout autre environnement en 360 de type dôme numérique.

Sont encouragées, les candidatures d’équipes de création, démontrant parmi leurs membres des expériences complémentaires, une autonomie dans la réalisation d’œuvres similaires et une polyvalence en rapport avec la création d’oeuvre proposée. L’équipe doit présenter un portfolio conjoint démontrant sa capacité à réaliser le projet de création.

LES TYPES DE PROJET ADMISSIBLES
Toutes les approches artistiques visant à définir ou à redéfinir la création de contenus immersifs sont éligibles au présent appel de projet.

Les projets recherchés visent la création d’œuvres immersives dédiées à la Satosphère de la SAT et doivent exploiter en partie ou en globalité les particularités de ce dispositif, soit :

Une expérience audiovisuelle immersive originale pour le spectateur ;
L’espace virtuel environnemental ou de scénographie augmentée ;
Le système de spatialisation sonore omnidirectionnel et tridimensionnel en temps réél ;
La gestion en direct des contenus audiovisuels et de l’espace interactif ;
La modularité de l’espace tridimensionnel et de l’écran sphérique ;
Les œuvres explorant la singularité et l'innovation dans le cadre des recherches mises en place par la SAT sur l'expérience immersive seront privilégiées :

Utilisation et contrôle de grande quantité de sources sonores tridimensionnelle via Supercollider*, SATIE (a high-density 3D audio scene rendering environment for large multi-channel loudspeaker configurations) ;
Utilisation de senseurs, caméras, pointeurs, outils de positionnement ou de capture de mouvement a des fins d'interactivité, de gestion performative ou d'édition en temps réél de scénes 3D immersives ;
Utilisation de caméras sphériques 360, de micros ambisoniques ou autre méthodes de captation A/V immersives ;
Utilisation originale de méthodes de mapping/cartographie performative temps réél.
Sont aussi valorisés, les projets bonifiant, par une intégration particulière à la création, un ou plusieurs éléments enrichissant l'expérience immersive publique mettant en lumière les particularités de ce médium. Les oeuvres finales doivent être d'une durée de 25 à 40 minutes.

LA CRÉATION D'OEUVRE
Les projets retenus ont pour objectif la création d'une oeuvre immersive qui pourra être diffusée dans la « Satosphère ». La période de création visée par le présent appel se situe aux alentours de l'hiver 2017 et du printemps 2018 pour une diffusion dans le cadre de la saison 2018/2019 (horaire sujet à changement sans préavis).

La SAT offrira en soutien aux artistes dont les projets seront sélectionnés, un accès à son laboratoire de création immersive, ainsi qu’au dispositif de la Satosphère. Un budget détaillé et un échéancier de production sont à fournir en annexe avec le formulaire de candidature.

NOTE

La SAT se réserve le droit de mettre un terme à la création ou à la diffusion d’une œuvre suite à sa sélection, à toute étape de sa production et de refuser la présentation d’un projet jugé incomplet, insuffisant, éthiquement non conforme à ses politiques. Dans un tel cas, la SAT pourra le retirer entièrement de sa programmation, et ce, à tout moment et sans préavis.

DATES À RETENIR
Date limite pour l'appel à projet: Jeudi 1er juin 2017

Analyse des dossiers et réponses aux artistes: fin juin 2017;
Rencontre avec les artistes et les équipes sélectionnées : Été 2017 (Juillet / Août);
Évaluation finale des projets par la SAT: automne 2017 ;
Début de la période de production : à compter de hiver 2017/ printemps 2018 ;
Diffusion de la création : Diffusion de la création d'oeuvre : saison 2018/ 2019.


CRITÈRES D'ADMISSIBILITÉ
1- Innovation : Le projet de création doit faire preuve d’une avancée artistique ou technologique dans le secteur de l'expérience immersive et se distinguer par son approche dans l'exploration qu'il propose.

2- Authenticité : L’oeuvre produite doit être originale et exempte d'extraits, d'échantillonnages ou de contenus qui ne sont pas libre de droit ou issus d'une création précédente de l’artiste ou de tierces personnes.

3- Autonomie : Les artistes doivent démontrer une autonomie sur les principaux aspects techniques et de création du projet. Seuls les artistes ayant reçu une formation théorique et pratique, validée par l'équipe d’immersion, pour la production d'imagerie et de son immersifs sont éligibles. Pour tous les autres aspects de la création liés au projet (interactivité, mouvement, robotique, performance, scénographie, etc.) l’artiste ou les membres de son équipe doivent posséder les compétences requises.

 

COPRODUCTION
La SAT évaluera la forme de son support en bien et services incluant une contribution monétaire sous forme de cachet après une évaluation des projets retenus lors de rencontres de production avec l'équipe d'immersion. En fonction du type de projet, de son budget de production et des ressources disponibles la SAT peut contribuer à un cachet maximum de 10K $CAD par projet sélectionné en plus des autres ressources dédiées (Satosphère, labodôme, équipements spécialisés et expertise technique en immersion.

Sauf exception et en conformité avec une recommandation du comité artistique, la SAT ne défraie pas les frais de déplacement ni de Per diem pour les artistes sélectionnés et leurs collaborateurs;
Les frais de production doivent faire l’objet d’un budget détaillé fourni spécifiant ce que l'artiste attend de la SAT et ce qu'il prévoit investir dans son projet;
La SAT peut rédiger une lettre d’intention pour faciliter la recherche de financement ou de subventions;
La SAT offre le soutien de son département de communication pour la diffusion, l'archivage audiovisuel et les communications reliées au projet dans ses réseaux et sur son site web ;
Une entente de création spécifiant les modalités de production et de diffusion de chaque création retenue est rédigée en collaboration avec l'artiste.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>