Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

Immersion dans l'horreur

Publié le 31 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans lieux & festivals

Immersion dans l'horreur

Vous aimez vous faire peur en regardant des films d'horreur ? Vous adorez les maisons hantées dans les parcs d'attraction ? Et en plus Halloween est à notre porte…  Une terrible  envie de frissonner s’impose à vous… Une expérience des plus terrifiantes qui vous marquera pendant longtemps ?

Alors, voici enfin un vrai challenge, de quoi mettre votre courage à rude épreuve.  Le McKamey Manor de San Diego représente un réel défi, et c'est probablement l'attraction présentée dans un parc d’attraction la plus extrême qu’il vous sera possible de vivre sur la planète. Peut-être un peu trop extrême ? A vous de juger avec la vidéo de présentation ci-dessous.

Oubliez les trains fantômes en carton-pâte, là c'est VRAIMENT du sérieux. Situé à San Diego, aux États-Unis, cette attraction est probablement l'une des plus extrêmes du monde. Il faut impérativement être majeur pour y participer.... Et il est obligatoire de signer une décharge avant de pénétrer dans ce manoir hanté. Pourquoi ? Tout simplement parce que le programme est en fait une séance de torture qui durera près de 7 heures ! Inutile de dire que l'expérience est vivement déconseillée aux femmes enceintes et aux personnes sensibles ou cardiaques.

Au menu de ce véritable supplice, un harcèlement continu. Vous serez séquestré dans un frigo, ligoté, bâillonné, enfermé dans des cages, bousculé, aspergé de sang, forcé à manger des trucs bizarres... Vous n’en avez encore pas assez ? Pas de problème, on vous plongera la tête dans les toilettes, et on vous enfermera avec des serpents et des araignées. Et le pire, c'est qu'une fois l’expérience commencée, il est absolument impossible de faire marche arrière. Vous êtes prisonnier de votre propre choix, de votre propre cauchemar. Vous aurez beau pleurer, hurler, supplier de partir... Ça ne s'arrêtera pas. Il est clairement stipulé dans le contrat que vous signez à l'entrée que seul le début de folie ou l'évanouissement mettront un terme à l'expérience.

Notons aussi que, selon le propriétaire des lieux, personne n'a jamais réussi à tenir le coup durant les 7 heures de tortures infernales. En moyenne les participants sont HS au bout de deux ou trois heures. Alors, qui est partant ? Là au moins on ne peut pas dire qu'il n'y ait pas de challenge.

Alors joyeux Halloween, hé, hé, hé… 

commentaires

PARTY D'HALLOWEEN DANS LA SATOSPHÈRE

Publié le 30 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans evenement

PARTY D'HALLOWEEN DANS LA SATOSPHÈRE

La SAT (Canada) fête aussi halloween.

DJS

VITO & DRUZZI 
[NYC / THE RAPTURE DJs / THRONE OF BLOOD]

facebook.com/The-Rapture

HATCHMATIK [MTL]
hatchmatik.com

JEALOUS LOVERS [MTL]
soundcloud.com/jealouslovers

VJS

DIAGRAF - facebook.com/Diagraf

TIND - tind.org

AZYL - facebook.com/vjazyl


Vendredi 31 octobre - 22 h à 3 h
Prévente : 16,75 $ (frais inclus)

► PAGE FACEBOOK
► BILLET EN LIGNE


BILLETS AUSSI DISPONIBLES EN BOUTIQUE

Cheap Thrills : 2044, Metcalfe
Atom Heart : 364, Sherbrooke E
Off The Hook : 1021, Ste Catherine O.
Moog Audio : 3828, Saint-Laurent
Aux 33 tours : 1379, Mont-Royal E.
Phonopolis : 207, Bernard O.

commentaires

UN AVENIR POUR VOS ŒUVRES NUMÉRIQUES

Publié le 29 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans conférence

UN AVENIR POUR VOS ŒUVRES NUMÉRIQUES

Le futur doit se penser au présent ; c’est ce que nous enseignent les œuvres d’art numérique du passé. Car l’évolution très rapide hard et soft des ordinateurs et de leurs périphériques conduit à une obsolescence de ces créations, quels que soient le support et la technologie employés.

Comment rendre ces œuvres numériques pérennes, a minima, comment augmenter la durée de leur accès et de leur jouabilité ? Cette simple question, bien plus riche et complexe qu’elle n’y paraît, s’avère cacher de nombreux tiroirs.

La sensibilisation à cette question et à ses multiples facettes reposera essentiellement sur des études de cas, qui s’articuleront autour de deux axes principaux : tout d’abord l’inscription de la démarche dans une archéologie des médias, puis la confrontation de cette problématique aux œuvres en cours de réalisations.

La discussion qui s’en suivra portera sur les ébauches de solutions, en termes de possibilités techniques, de documentations mais aussi plus globalement de pertinence de la démarche.

 

Les études de cas et les réflexions qui en découlent sont issues des expérimentations de deux laboratoires : ARNUM – Art et recherche numérique – de l’ESIEA (grande école d’ingénieurs en sciences du numérique) et PAMAL – Preservation and Archaeology Media Art Lab – de l’École supérieure d’art d’Avignon.

 

Ce séminaire se déroule le mercredi 12 novembre 2014, de 9h à 18h et s’adresse aux artistes, étudiants, chercheurs et professionnels des arts et de la culture. Renseignements et réservation au 01 58 88 3000 (tarif : 10€).

 

INTERVENANTS

Claire Leroux : directrice du laboratoire ARNUM de l’ESIEA. Membre de l’Association Internationale des critiques d’art.

Christophe Bruno : Net-artiste, enseignant- chercheur à l’ESAA, responsable du projet de recherche D.A.V.E (création), programme PAMAL.

Prune Galeazzi : conservatrice-restauratrice et assistante d’enseignement à l’ESAA. Co-responsable du projet de recherche H.A.L. 8999 (préservation), programme PAMAL.

Lionel Broye : artiste, éditeur numérique, professeur d’enseignement artistique à l’ESAA. Co-responsable du projet de recherche H.A.L. 8999 (préservation), programme PAMAL.

commentaires

STAL, un univers explorable à 360° par le spectateur.

Publié le 28 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans actualite

STAL, un univers explorable à 360° par le spectateur.

STAL, c’est le projet de Pierre-Marie Maulini, compositeur,  producteur et collaborateur de longue date de M83, notamment sur l’album et la tournée Saturday = Youth de 2012. Il est donc assez logique que l’on retrouve dans ce projet solo les sonorités lumineuses et les envolées joyeuses qui avaient fait le succès de morceaux comme le classique Midnight City. Des titres pop, simples et gais comme une invitation au voyage dans un monde qui ne serait pas tout à fait le notre sans être pourtant trop différent.

Pas besoin d’en faire des caisses lorsque l’idée est bonne. Ça, Gone, ce premier clip de STAL l’a bien compris. Et pourtant, derrière l’apparente simplicité graphique de ces paysages se cache un concept bien plus audacieux : rendre possible l’exploration à 360º par le spectateur de cet univers aussi minimaliste que géométrique imaginé par l’agence de pubards émérites Les Gaulois.

Et pour vous permettre cette balade improbable, le clip est proposé sous trois formats différents : tout d’abord une vidéo Youtube – ci-dessous – qui permet de se familiariser avec ce monde à mi chemin entre un jeu vidéo Windows 95 et la pochette de Boys Don’t Cry que chialait The Cure en 1979. Ensuite, rendez-vous sur le minisite pour visiter à coups de souris les alentours du clip. Et enfin, clou du spectacle, une version de Gone est disponible dans un version immersive 3D utilisable sur les casques Durovis Dive – sorte de Oculus Rift où votre téléphone vient remplacer l’écran. 

Le résultat est bluffant puisque c’est de la tête puis du corps tout entier que vous évoluez dans Gone, une experience immersive détonnante accompagné par l’entrainant morceau de STAL qui vous emporte puis vous perd dans son monde, faisant au passage tout disparaitre autour de vous. On vous conseil d’éviter de tenter l’experience dans le métro sous peine de louper votre station.

Si, vous n’êtes pas équipé, on vous invite à monter votre version DIY du casque d’immersion 3D en suivant les étapes du tuto que voici. Cette première est disponible via une application téléchargeable sur iOS et Android

Retrouvez ci-dessous quelques images issues du clip ainsi que quelques gus partis très très loin dans le monde de STAL. 

commentaires

EXPOSITION: « BE MY DESIGNER TOYS »

Publié le 27 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans exposit

EXPOSITION: « BE MY DESIGNER TOYS »

EXPOSITION « BE MY DESIGNER TOYS »

Du 16 octobre au 5 janvier 2015

De 11h à 19h du mardi au samedi

Vernissage le jeudi 16 octobre 2014

 

Les Art toys, aussi appelés designer toys, urban vinyl ou vinyl toys sont les termes utilisés pour décrire des figurines en édition limitée. Ils sont apparus vers la fin des années 1990 à Hong-Kong et au Japon.

Ces figurines sont créées par des artistes, dessinateurs et illustrateurs issus d’univers aussi différents que l’art contemporain, le graffiti, le street art, le webdesign, l’illustration, la bande dessinée, la mode. Le matériau le plus fréquemment utilisé pour ces figurines est le plastique vinyle. Néanmoins il en existe également en bois, en céramique, en métal.

Depuis maintenant quatre ans, le festival BE MY TOYS, (produit par l’association Le Candiraton),  référence du Art Toys en  France nous  propose de découvrir ces petites figurines en vinyle en édition limitée. Aussi connus sous le nom de designer toys, urban vinyl ou vinyl toys, ces objets voient le jour dans les années 1990 à Hong-Kong et au Japon et s’imposent progressivement comme de véritables pièces de collections.

Le Candiraton s’associe aujourd’hui à Maker/Seine (studio de création spécialisé dans l’impression 3D) pour présenter une exposition autour du Art Toys et leurs designers utilisant dans leurs étapes de conceptions l’impression 3D.

En exclusivité, retrouvez des pièces de Doze X Secretlab, François Bonnet, Badmarvel, Oskunk, Matto, Buld Zone, Tsuchinoko et bien d’autres.

commentaires

Un dimanche, une pin-up #98

Publié le 26 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans un dimanche une pin-up

Un dimanche, une pin-up #98
commentaires

Faut-il trafiquer son corps? - Superpouvoirs, Beauté, Transhumanisme:

Publié le 26 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans ouvrage

Faut-il trafiquer son corps? - Superpouvoirs, Beauté, Transhumanisme:

Le nouveau numéro de Usbek & Rica!

Un numéro 100% corps, avec un portrait du savant barbu Aubrey de Grey, convaincu que le premier homme millénaire est déjà né, une rencontre avec les pionniers de la cryogénisation, un guide de l’hôpital du futur, la chronologie des superpouvoirs qui deviendront réalité, etc. Et notre grand dossier sur l’avenir de la beauté.

 

Ce 10ème numéro (oct., nov., déc. 2014) est disponible dans tous les bons kiosques et librairies!

 

Usbek & Rica est le magazine qui explore le futur. Le futur proche, le futur lointain, voire le très très long terme. En se fondant sur la méthode de l’étonnement chère aux personnages des Lettres persanes de Montesquieu (dont son titre est directement tiré), Usbek & Rica interroge la relation complexe entre l’homme et la technique, à l’heure où nous assistons aux bouleversements les plus rapides et vertigineux de notre histoire. C’est aussi un magazine qui refuse de céder au pessimisme et qui prépare, avec ses lecteurs et tous les « inventeurs de l’avenir », un futur où l’humanisme l’emportera.

commentaires

Festival Bandits-Mages 2014

Publié le 25 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans festivals

Festival Bandits-Mages 2014

La programmation annuelle de Bandits-Mages propose d’aborder des thématiques contemporaines et historiques, tout en mettant en place les conditions nécessaires aux différentes façons de montrer les images (et d’entendre les sons) aujourd’hui : séances de cinéma, analyses filmiques, installations multimédias, plateaux vidéos ou encore performances sonores et visuelles. Pendant huit jours, les Rencontres Bandits-Mages sont le point focal de cette programmation venant prolonger et enrichir nos regards. Les Rencontres invitent les artistes, les étudiants, les visiteurs venus d’un peu partout, autant que les habitants berruyers à entrer dans des mondes qui leurs sont proches et étrangers.

L’articulation entre des problématiques artistiques et des politiques partagées par les artistes et les cinéastes invités ouvre un espace à explorer dans tout ce qu’il offre d’esthétiques différentes mais aussi de sens commun. Elle  nourrit une volonté de relier tout ce qui compose un univers global et complexe à travers des rencontres sur différentes thématiques :

  • Une exploration du corps, de son rapport à la machine et à l’animal ;
  • Une interrogation sur l’utilisation des médias contemporains dans un contexte d’hybridation des corps, des pratiques, et des pensées ;
  • Un partage de visions, de pratiques et de politiques de production et de diffusion ;
  • La création d’espaces visuels et sonores ;
  • Un espace de performances ;
  • Un récit transmedia.

 

Du 8 au 15 novembre 2014, venez-vous immerger dans l’image avec 7 séances de projections, 5 performances, 4 conférences, 4 installations, 4 concerts et plus de 30 artistes à découvrir.

Toute la programmation détaillée à découvrir sur le lien ci-dessous.

commentaires

Spectacle immersif: Parfois je rêve que je vois

Publié le 24 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans performance

Spectacle immersif: Parfois je rêve que je vois

Parfois je rêve que je vois est une forme immersive pour dix spectateurs au casque qui retranscrit des fragments de vie de deux personnages, chacun atteint d’une forme d’aveuglement. Leurs singularités et leurs solitudes sont porteuses de sens dans notre société de l’"ultra- communication". L’image qu’ils veulent renvoyer, qu’ils se renvoient, qu’ils nous renvoient, l’incapacité à communiquer malgré la multiplicité des médias, les problèmes d’identification de la réalité, voilà autant de thématiques présentes dans le projet.

Ce spectacle interroge le décalage entre ce qui est vu et perçu, ou comment la technologie a bouleversé et redéfinie notre perception du réel. Le spectateur est placé au centre du dispositif, une boîte noire. Comme un reflet, il va assister à un basculement dans un monde où l’image se distord, où l’obscurité et la lumière se confrontent, où les sens sont bouleversés. La boîte noire, par des jeux de transparences sur plusieurs strates, devient le support de diverses images mentales. Par le biais de l’écoute individualisé au casque, les sons se spatialisent. Chaque spectateur redécouvre son système perceptif tel un univers des sens.

 

Représentations pour 10 personnes (réservation en ligne), le vendredi 7 novembre 2014, à 14h, 16h, 18h et 20h.

Avec : Alexia Chandon-Piazza, Julien Dubuc , Chloé Dumas, Pierre-Yves Poudou, Samuel Sérandour.
Production Invivo / Co-production : Le Cube.
Avec le soutien : Mairie de Paris (dispositif Paris Jeunes Talents), CENTQUATRE-PARIS, Fées d’hiver, la Compagnie Sambre, Confluences.

commentaires

Les rêves cybernétiques de Norbert Wiener

Publié le 23 Octobre 2014 par Anaïs BERNARD dans conférence

Les rêves cybernétiques de Norbert Wiener
Conférences et débats - Paroles d'auteurs
jeudi 6 novembre 2014, 18h30-20h00
Amphi Abbé Grégoire
Construit à la fin des années 1840, cet amphithéâtre du Conservatoire accueille aujourd’hui des cours, conférences et colloques.

Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles.
Inscription fortement recommandée :
musee-conf@cnam.fr
Billets à retirer à l'accueil du musée.
 
Un savant disparu réapparaît dans un kibboutz pour être aussitôt assassiné. Qui était-il et qui l’a tué ? C’est le thème d’une courte fiction découverte dans les archives de Norbert Wiener. Mathématicien de génie, voyageur infatigable, penseur versatile mais aussi romancier méconnu, Norbert Wiener invente à la fin de la Seconde Guerre mondiale, sous le terme de cybernétique, une nouvelle façon de conjuguer l’humain et la machine.
 
Tantôt séduit par ses propres créatures, comme Pygmalion, tantôt effrayé par elles, comme le Dr Frankenstein, le savant hésite et se cache derrière d’innombrables écrans. L'enquête nous mène du cabinet de Freud jusque dans le cerveau des usines automatiques et certains cauchemars d’E. A. Poe. On y rencontre des détectives, des robots, des savants fous et d’autres qui ne le sont pas du tout, des sorciers, des machines qui travaillent et d'autres qui dansent et jouent, un corbeau, des cyborgs, des posthumains.
 
L’humain survira-t-il dans cet avenir incertain qui est maintenant le nôtre ? Ou sera-t-il éliminé ? En décryptant ce manuscrit méconnu, on peut alors découvrir qui était vraiment Norbert Wiener, ses doutes et ses réflexions sur l'animal, l'humain et la machine, reste à savoir qui sortira vainqueur de ce face-à-face...

Avec Pierre Cassou-Noguès, professeur à l’université Paris 8, laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie et auteur de l’ouvrage Les Rêves cybernétiques de Norbert Wiener(Seuil, 2014). Rencontre animée par Daniel Fiévet, journaliste scientifique et producteur à France Inter.

commentaires
1 2 3 4 > >>