Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

MÉCANIQUES REMONTÉES

Publié le 18 Mars 2017 par Anaïs BERNARD in exposit

MÉCANIQUES REMONTÉES
25.03 > 06.08.2017
Vernissage public samedi 25 mars à partir de 14h
 
Zimoun investit les espaces du CENTQUATRE-PARIS avec ses sculptures sonores pour sa plus grande exposition. Constituées de petits objets (cartons, balles, petits moteurs...), ses œuvres envoûtent le visiteur, tout en modifiant sa perception de l'espace.
 
Direction artistique : José-Manuel Gonçalvès
 

AU PROGRAMME

317 moteurs à courant continu préparés, sacs en papier, conteneur maritime, 2016
Créée pour la foire d’art Art Basel en 2016, cette installation est présentée pour la première fois en France. Dans ce conteneur, environ 300 sacs en papier recouvrent la surface visible. Un dispositif les fait bouger afin qu’ils produisent des bruissements et de petits mouvements. Les installations de Zimoun sont des expérimentations à vivre. Conçue pour une personne à la fois, cette œuvre est un bon exemple de l’immersion dans laquelle l’artiste veut plonger le visiteur. Ce dernier passe sa tête dans un espace inclusif, qui l’entoure totalement. Seul dans cette espèce de gigantesque casque 3D, isolé de l’extérieur, on l’invite à rester silencieux et à se concentrer sur ce qu’il voit et entend. Comme pour les autres œuvres de Zimoun présentées dans l’exposition, c’est une architecture visuelle et sonore que l’on amène le visiteur à explorer.

49 bétonnières préparées, 2017
Pour cette nouvelle œuvre, 49 bétonnières sont rassemblées sous la halle. Chacune d’entre elles renferme des petits matériaux divers, qui produisent des sons spécifiques. L’installation peut être perçue comme un ensemble, ou comme des éléments individuels, chacun produisant ses propres sons uniques. Zimoun s’intéresse aux matériaux simples du quotidien et à usage industriel. Dans chaque installation, des dispositifs mécaniques activent les matériaux et génèrent des sons. Pour cette nouvelle installation, le dispositif est la machine elle-même. C’est la première fois que Zimoun travaille avec ce type de machine, empruntée directement du domaine industriel.

276 moteurs à courant continu préparés, bâtons de bois de 2,4 m, 2017
La première version de cette installation, créée récemment pour le MAC à Santiago de Chili, recouvrait un mur entier. Au CENTQUATRE, l’artiste l’a étendue à tous les murs de l’Atelier 0. Cette fois-ci, des centaines de bâtons en bois de 2,4 mètres rebondissent frénétiquement sur les murs. Le visiteur est totalement entouré par l’œuvre, aussi bien visuellement qu’acoustiquement. Comme le carton, Zimoun aime utiliser le bois dans ses installations, pour sa qualité esthétique brute et ses multiples possibilités d’exploitation.

658 moteurs à courant continu préparés, pelotes de coton, boîtes en carton 70 x 70 x 70 cm, 2017
Le carton est l’un des matériaux historiques de Zimoun. Pour le CENTQUATRE, l’artiste a créé une installation monumentale, directement liée à sa série iconique basée sur du carton. « Ses riches propriétés acoustiques et son système modulaire, mais aussi le matériel en lui-même et son esthétique m’intéresse, » explique Zimoun. « De plus, c’est un matériau déjà recyclé et on peut s’en procurer partout localement. » Sur les murs, environ 650 petites pelotes de coton tapent contre des boîtes en carton. Plongé dans l’œuvre, le visiteur est invité à écouter et à regarder l’espace environnant. Il n’y a pas d’interprétation unique pour les œuvres de Zimoun, mais il cherche à stimuler l’esprit du visiteur, qui peut ensuite donner lieu à toutes sortes d’associations et de connexions.

600 moteurs à courant continu préparés, 58 kg de bois, 2017
Chaque salle de l’exposition comporte une œuvre basée sur un dispositif. Ici, le sol est recouvert de petits morceaux de bois, mis en mouvement par des dispositifs fixés sur des bases en bois. Comme dans d’autres œuvres de Zimoun, l’installation peut être vue comme un ensemble dans lequel chaque individu développe son propre comportement au fil du temps, mais en même temps tous les éléments individuels fusionnent en un seul dispositif-organisme. Initialement présentée dans un grand espace blanc au Musée des Beaux Arts de Le Locle (Suisse), cette œuvre est exposée cette fois-ci dans une salle noire. L’attention du visiteur se focalise directement sur le mouvement et les sons des morceaux de bois rebondissant au sol. Cette nouvelle version d’une œuvre existante montre comment Zimoun aime expérimenter et remettre en scène une installation, en lien avec un nouveau contexte et espace.

400 moteurs à courant continu préparés, blocs en bois, 2017
Dans cette nouvelle œuvre, l’artiste a placé 400 petits blocs en bois sur une plateforme en bois. Le visiteur peut se promener autour et apprécier les variations sonores et sa perception visuelle. Il n’y a pas d’interprétation juste ou donnée pour les œuvres de Zimoun. En constante évolution, elles ne racontent pas une histoire spécifique, n’ont pas de début ni de fin. Bien au contraire, le but de l’artiste est de créer une répétition qui pourrait être infinie, une situation qui permet de se concentrer sur les événements qui résultent des vibrations produites à un instant T.

255 moteurs à courant alternatif préparés, 328 kg de lattes de toit, 1,8 km de corde, 2015
L’art de Zimoun fait preuve simultanément d’ordre et de chaos. Cette installation, présentée pour la première fois en 2015 au Knockdown Center à New York et plus tard dans la même année pendant la Nuit Blanche dans une caserne de pompiers désaffectée du dixième arrondissement, peut s’apparenter à une foule dansante, ou une forêt délirante, où les arbres agissent bizarrement. Mais en regardant de plus près, on se rend compte que chaque latte de toit est mise en mouvement par son propre dispositif permanent. D’une certaine manière, les installations de l’artiste évoquent les organismes naturels, évoluant selon leur propre logique. Comme dans la nature, il n’y a pas d’artifice, les sons sont aussi proches que possible de ce que l’on voit.

400 moteurs à courant continu préparés, fil d’apport de 0,1 mm, 2009 / 2010
Imaginé en 2009-2010, le concept de cette installation comporte un autre matériau pris du monde industriel. Techniquement très proche de 276 moteurs à courant continu préparés, bâtons de bois 2,4 m, 2017 présentée dans l’Atelier 0, cette installation produit un son et une atmosphère totalement différents à cause du matériau en lui-même, ainsi que la forme et le rythme que l’artiste impulse aux éléments. Comme pour d’autres pièces, Zimoun a recrée cette installation pour l’espace du CENTQUATRE. Le couloir est exploité dans toute sa longueur, avec une ligne mouvante de fil d’apport qui s’y dessine.

untitled (titre en cours)
Dans l’atelier de Zimoun, il y a toujours des idées et des prototypes qui attendent de prendre la forme d’une installation. Cette nouvelle œuvre combine un sol en bois et des éléments en caoutchouc reliés à des dispositifs. Alors qu’ils tombent au sol, ils produisent de fortes vibrations à basse fréquence. Exploitant la pièce toute entière, cette installation crée un autre univers immersif qui peut être ressenti physiquement par le visiteur. Comme une peinture abstraite, le spectateur peut donner du sens aux événements qui s’y passent ou se délecter d’une œuvre d’art d’une manière abstraite.

Commenter cet article