Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corps en Immersion

Une actualité dans les arts et les sciences à travers les corps pluriels.

KANGDING RAY

Publié le 16 Janvier 2014 par Anaïs BERNARD in performance, evenement

KANGDING RAY

Vendredi 24 Janvier 2014, à 20H30.

Une double performance sonore et visuelle, entre électro minimaliste et architecture graphique.

Aux manettes d’une composition sonore et d’une création visuelle, Kangding Ray, alias David Letellier, que le festival Bains numériques a promu en juin 2012, explore le son, l’espace, des textures et des constructions minimalistes mais jamais austères.

Guidé par une sensibilité et un éclectisme artistique surprenant, ce petit génie français des arts sonores et visuels propose des créations et des performances protéiformes. Rythmes et breaks méticuleux, nappes sonores sombres et délicates fusionnent avec un univers visuel à la géométrie élégante qu’il doit certainement à ses études d’architecture et à sa maîtrise parfaite des technologies numériques.

Après quatre albums salués par la critique, et des projets artistiques foisonnants (installations plastiques, performances en collaboration avec d’autres artistes…) KR prend la route seul le temps d’un live intimiste fascinant.

Son dernier album en date, Or, sorti sur le label berlinois Raster-Noton, est un bijou sonore et KR prouve une fois de plus qu’il est orfèvre en la matière. Jean-Yves Leloup pour Tsugi magazine, évoque un album précédent, Automne Fold, comme « un bel album d’electronica dont toute la rigueur mathématique et les effets techniques parviennent à s’effacer au profit de climats intimistes et d’émotions à fleur de peau.(…) A l’évidence, la génération du click & cuts est enfin parvenue à dépasser son esthétique figée du début des années 2000. Kangding Ray parvient ici à un bel équilibre entre fragments de cordes, accords de guitares et intonations vocales, capable de séduire autant les amateurs de post-rock languide tendance shoegazing que d’atmosphères digitales. »

Commenter cet article